« Discosis » de Bran Van 3000

Petite séance nostalgie, déjà 10 ans que ce fabuleux album de ce groupe québécois est sorti. Je l’ai écouté cette fin de semaine après une longue période d’infidélité. Il n’a pas pris une ride. Je l’ai retrouvé avec plaisir. C’était un OVNI dans ce que j’écoutais à l’époque. J’ai pris conscience grâce à eux qu’un DJ était un créateur au delà d’une soirée. Le mélange des langues, des sons, des genres, la lutte contre la pureté pour produire quelque chose de plus grand.

J’aime cet album, son humour, son ambiance musicale foutraque, ses gimmicks très efficaces. La musique à ce pouvoir unique de nous remplir le cœur de joie ou de tristesse en un instant, sans mot, juste quelques accords ou samples et vous voilà ailleurs des années en arrière avant que le monde ne s’effondre.

Vous écoutez en tentant de courir après ces moments d’insouciance, l’intro d’astouned et vous voilà comme un vieux toxico qui crois que ça va revenir la première sensation du shoot. C’est terrible la nostalgie. Ca marche encore, pas avec tous les morceaux mais avec certains (Sénégal et la voie de yousso N’Dour) et puis d’autres ne sont plus écoutés de la même façon, les paroles prennent un autres sens, laissent un gout amer.

Parmi ces morceaux, je vous propose Dare I say, cette chanson utilise formidablement les deux langues officielles du canada, anglais et français. J’ai toujours aimé la voie de Jean Le Loup, ici il me touche au delà de ce qui est imaginable. J’aime les morts vivants.
[audio: http://perruchenautomne.eu/musique/14%20Dare%20I%20Say.mp3]

Ce contenu a été publié dans musique, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire