Fin de perles

Je croyais pouvoir partager des perles piochées dans mes copies et celles de mes camarades de galères correctrices de l’ECN2013. Une petite quarantaine sur 2000 copies corrigées soit 14000 questions. J’avais un dossier de gynécologie qui se prêtait assez bien à la chasse à la pépite. J’ai commencé à les tweeter à peu près. Ça me détendait de partager ces trucs pour la plupart drôle qui traduisent la manière d’apprendre, les préconçus, les lapsus dus à la fatigue et à la recherche du mot juste ou clef, parfois l’incompréhension de la question.

J’étais content. Ça marchait, plein de followers en plus. Trop facile tu postes des petites phrases et les gens viennent. Tu parles de science tu n’es lu pas personne. J’ai commencé à comprendre que ça n’allait pas quand on m’a dit: « tu vas stresser les D4 ». J’aurai du écouter la psychiatre. J’ai bougonné et j’ai repris et puis aujourd’hui, ça a vraiment explosé. Plein de RT, de nouveaux followers, je ne m’en rendais pas compte car mon antiquité de smartphone, ne me permet pas de suivre ces deux indices et surtout j’étais à fond dans mes copies.

Ce soir, j’ai commencé à voir les remarques de certains: « ça fait peur », « en rire ou en pleurer », « à pleurer », « effrayant », etc. J’ai moins aimé. J’ai essayé d’argumenter un peu et puis j’ai renoncé. On rejoignait la problématique de l’erreur médicale. On n’arrive pas à comprendre que des bébés médecins puissent écrire des énormités, comme on ne supporte pas l’idée de l’erreur.

Il est facile dans son fauteuil face à son écran de se moquer ou de s’effrayer de ces âneries, souvent pas bien méchantes.

Alors j’ai tout viré. Je ne voulais pas que mes perles retentissent sur l’image des étudiants en médecine, surtout des D4 qui s’inquiètent suffisamment comme ça. La majorité d’entre eux sont bons, voir très bons. Ils connaissent énormément de choses. et je refuse qu’on les stigmatise à travers mes tweets. Je refuse d’utiliser ce que j’ai pioché pour une gloriole ridicule. Il y a des choses plus importantes.

L’ECN est dur, vraiment. Quand on réalise que plus de 95%  des étudiants vont être entre 500 et 900 point sur 1000 quelques soient les sujets, quelques soient les grilles, on ne peut pas honnêtement laisser dire qu’ils ne savent rien, qu’ils fonts peur. Les français aiment bien se flageller et cracher sur tout. Je ne peux pas accepter qu’on le fasse sur ces étudiants qui pour l’immense majorité d’entre eux ont trimé dur, très dur. Ils ont beaucoup sacrifié pour être à la hauteur de ces deux jours d’examen et au delà de leur future fonction d’interne.

Au lieu de dire oh lalala, y sont pas bons, y sont comme ci, y sont comme ça, y font peur, y sont graves. Il faudrait être capable de passer l’ECN et n’avoir jamais écrit une connerie dans une copie. Au lieu de dire oh lalala, y sont pas bon, dites vous que vous avez de la chance d’avoir des étudiants de ce niveau avec ces qualités. Alors oui je suis fier de ces jeunes gens qui passent cet examen que je n’aime pas. Tous n’est pas parfait loin de là dans le monde médical français, mais peut être qu’il faut regarder autour de soi, sortir un peu de nos frontières pour voir si c’est mieux ailleurs. Globalement, le niveau du soin en France n’est pas si mauvais. J’aime bien les étudiants. Alors comme je les aime bien, je suis parfois dur. J’aimerai qu’ils soient encore meilleurs car ils vont faire un métier difficile.

La médecine n’est pas simple, facile. Elle est exigeante. On se coltine avec ce que beaucoup ne veulent pas voir, la douleur, la misère, la détresse et surtout la mort.

Mes perles étaient dans un esprit de décompression carabin (j’aime pas ce mot, mais bon). Quand toute la journée et la nuit, vous avez pour compagne au dessus de votre épaule la camarde, parfois il faut lâchez la rampe et rire, rire de soi, rire de nous, collectivement. Manifestement twitter n’était pas le lieu. Erreur de ma part, j’assume, et je m’excuse.

Je vais les garder avec moi, ces perles.

Je voudrais surtout que vous soyez fiers de vous, étudiants en médecine. Vous n’avez pas à rougir de vos qualités, de vos connaissances, travailler encore plus pour être au niveau des exigences de ce fabuleux métier: médecin et de cette activité magique: soigner.

Ce contenu a été publié dans Blog, Médecine humeur, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

22 réponses à Fin de perles

  1. lebagage dit :

    Comme je me suis reconnue dans la rabat joie ( en vrai je suis flattée)) je vais laisser le premier commmentaire. Mon tweet était vraiment une plaisanterie un peu basée sur une empathie a posteriori. J’ai probablement été cet étudiant stressé qui préfère raconter n’importe quoi que laisser un vide. Je n’ai pas vu malice dans ta démarche et j’ai beaucoup ri. Pour les réactions effarées je trouve juste ta décision et respectueuse des étudiants. C’est vrai que c’est dommage qu’une simple détente se transforme enoutil de sstigmatisation d’étudiants qui ont bien mérité leur repos.
    Je sais pour l’avoir vu de près à quel point l’enseignement te tiens à coeur donc je comprends bienccette décision.
    Au revoir et bon courage pour la fin des corrections.

    • PUautomne dit :

      Merci, tu avais raison la première ;-). Mon égo avait tort, de temps en temps il faudrait que je fasse une égographie. hihihi

  2. docadrenaline dit :

    Amertume.
    C’est ce que ces lignes m’évoquent. Amertume et fatigue.
    J’ai ri à ces perles, moi aussi.
    Comme ont probablement ri ceux qui ont corrigé mes copies il y a quelques années.
    Il est triste en effet qu’avouer l’erreur, en médecine, soit si difficile, tant parce qu’elle nous secoue que parce qu’on ne nous en reconnait difficilement le droit. De l’erreur médicale à la bourde sur une copie d’examen, quand bien même cette dernière n’a jamais tué personne.
    Ils ont de quoi être fiers, ces étudiants, je suis d’accord avec toi. L’ECN tout comme les études de médecine en général n’est pas une sinécure.
    Je leur souhaite de rire de leurs petites bourdes sans conséquences, des mauvais traitements que sur le coup du stress ils auront infligé à ces patients en papier que l’on leur présente dans 9 cas cliniques chaque année.
    Et d’avoir un prof comme toi.

    • PUautomne dit :

      Merci, pour l’erreur c’est culturel. J’espère que l’usage des ordinateurs et autres gadgets électroniques nous rendront plus tolérant à l’erreur car bien souvent avec nos joujous nous n’apprenons à les utiliser que comme ça en tatonnant par l’erreur. Mais bon il est difficile pour de nombreuses personnes de comprendre que l’erreur est malheureusement impossible à éviter et qu’a partir de là faut bien faire avec. On minimise au maximum mais le zéro n’est pas atteignable.

  3. Mike De Bakey dit :

    juste : merci.

    J’espère maintenant que je vais arrêter de rêver des ECN, et de refaire les sujets toutes les nuits. Merci beaucoup.

    • PUautomne dit :

      De rien, tu verras dans quelques années en moment de stress tu repasseras le P1 ou l’ecn en rêve, c’est assez horrible.
      Bon courage jusqu’aux résultats.

  4. ICH8412 dit :

    Les perles, ce sont la plupart du temps des étourderies. Les patients en font, les étudiants en font, les médecins en font.
    J’ai un jour dit à une patiente, 5 ans après la fin de ses TRT de son cancer, et alors qu’on lui avait annoncé la fin de son suivi intensif: « ca y est, c’est la phase terminale……..euh……. »
    Bien sûr je voulais dire que c’était terminé, fini les angoisses »
    Mot mal choisi, perle de consulltation. Elle a éclaté de rire en me disant que je choisissais bien mal mes mots. Patiente élégante.elle a dédramatisé l’instant, ma gêne devant le mot prononcé
    Rire des perles des autres, c’est élégant.
    Donc dommage. Mais protége toi, c’est l’essentiel.

    • PUautomne dit :

      C’est pas moi que je veux protéger, moi ceux qui me connaissent diront que j’ai les épaules larges. Je ne veux pas qu’on emmerde les étudiants avec les étudiants surtout dans cette période.

  5. doudou13314682 dit :

    encore un propos remarquable d humanité mais qui ose imposer cette galère de correction dans ces conditions de travail debile 14 heures:j dans un endroit sinistre;je ne vois aucun autre exemple

    • PUautomne dit :

      C’est la France et pour l’année 2015 qui verra encore la correction manuelle, c’est les étudiants qui ont demandé le délai sur la mise en place des ECNi. Il serait bon que quelques syndicalistes étudiants viennent corriger avec nous et regardent réellement les résultats. Mais c’est fini, en augmentant le nb de points on classera mieux à partir de 2016.

  6. zigmund dit :

    je n’ai pas eu le temps de les lire les perles . ce climat de « politiquement correct » est étouffant et même inquiétant . Dommage nous continuerons à partager les perles entre toubibs . et ce que le public comprend mal c’est que nous apprenons de ces perles ou de ces gaffes (ex de la « phase terminale ») et qu’elles restent gravées en nous. ce que le public ignore c’est le niveau de travail énorme que demande l’ECN . mieux vaut écrire une connerie marrante sur une copie d’examen et devenir un bon médecin « ouvert « 

  7. bluerhap dit :

    Moi, la meilleure dont je me souvienne – et je crois que ma « copie » a été exposée quelques années dans le laboratoire de biologie – c’était à l’examen d’histologie en P2. Je n’avais pas « appris par coeur » toutes les lames que nous étions supposés apprendre. Alors pour celle qu’il y avait sous mes yeux, je ne pouvais pas miser sur la « reconnaissance de formes ». Alors j’ai essayé d’examiner et de raisonner. Ah : Miracle ! Il y a plein de longs petits filaments qui courent d’une cellule à l’autre. Hors, des longs filaments, ça fait penses à des axones. Il s’agit donc d’un tissu plein de neurones ? Réponse, donc, et commentaires évidemment pour justifier cette réponse « coupe de cerveau ».
    La réponse, hélas, qu’attendait les correcteurs, c’était « coupe de testicule ».
    Aujourd’hui encore, je me demande souvent si je me trompais tant que ça 😉

  8. Ping : Fin de perles | Jeunes Médecins et M&eac...

  9. drkalee dit :

    je suis assez d’&ccord avec Zigmund, cette période de plus en plus rigide où la moindre blague nous attire les foudres du « politiquement correct », ça devient lourd vraiment. Perso j’ai beaucoup apprécié lire tes perles, j’en ai sûrement mis à mon heure sur mes propres copies, pour moi ça n’a qu’une fonction de dédramatisation. Il m’est évident que cela ne stigmatise ni l’ensemble des étudiants, ni un étudiant en particulier.
    Dans ma famille depuis toujours on a pratiqué l’ironie et la « moquerie » gentille, c’est un mode de vie. J’avoue que j’ai du mal avec les gens qui prennent la mouche pour ce qui pour moi ne sont que des broutilles.
    Aujourd’hui on a l’impression qu’on ne peut plus rien dire sans être accusé de « bashing ». Je trouve ça triste. A l’époque de Coluche et Desproges, on se posait moins de questions, et on rigolait plus.
    D’ailleurs, comme le disait je ne sais plus qui, toi peut-être, certaines de ces perles m’inquiètent plus par rapport à la qualité de l’enseignement reçu que par le niveau des étudiants eux-mêmes.

    Enfin bref, je ne vais pas m’étendre plus longtemps. Je trouve ça dommage, c’est tout.

    • Dr.Viazac dit :

      Malheureusement je n’ai pas connu cette époque ou Coluche et Desproges ne se privaient pas de leur liberté de rire et en assumaient les conséquences…Il est triste de constater que l’ironie est souvent mal acceptée par nos contemporains dont la majorité n’assume pas la moindre boutade sans y adjoindre un « j’déconne », « j’plaisante » ou autre « j’rigole »…épuisant

  10. Dr.Viazac dit :

    En tant que D4 je suis pas trop mal placé pour comprendre que c’est le stress, la précipitation, la quête du mot clé,etc. qui sont la cause de ces énormités que mes camarades ( et moi) n’aurions osé écrire dans d’autres circonstances, et non le manque de connaissances ou de compétences!
    Cependant elles m’ont bien fait marré et je les prends comme elles sont a savoir des perles!pour cela merci!
    En revanche pour ceux qui en concluent hâtivement à un défaut dans notre formation, qu’ils tentent de se mettre en situation et si rien n’y fait: tant pis pour eux…
    Et puis de toute façon ça m’inquiète pas puisqu’étant un homme le DIU, très peu pour moi!;)
    A part ça je serais curieux de connaître plus en détail les conditions de corrections des ECN (source de nombreuses légendes urbaines): un petit article?

  11. littherapeute dit :

    Je trouve la démarche juste, empathique et tout à fait respectueuse des étudiants. Je rejoins Zigmund avec un esprit tatillon en disant que si « l’erreur » est taboue, la « dissimuler » n’aidera pas à s’en défaire. Mais il s’agit bien évidemment d’une remarque à prendre à la légère. Le bénéfice d’atténuer le stress des étudiants (rien que ça) me semble amplement suffisant :). Faudrait-il les ressortir dans quelques années ? ;P

  12. Dr_Ventouse dit :

    J’ai d’abord trouvé ça drôle, esprit carabin, mélange d’empathie et de tendre moquerie. J’ai ensuite constaté que ces perles étaient centrées sur le dossier de gynéco, spécialité malade par bien des aspects, et cela m’a peiné puis inquiété. Système de notation inadapté et absurde. Masse de connaissances indigeste pour les étudiants. Ce n’est qu’en lisant tes tweets « modérateurs » que j’ai rendu leur second degrés à ces perles.

  13. W dit :

    Je ne connaissais pas ces perles mais cette annonce m’attriste.

    Vous diffusez une information que vous trouvez amusante mais pas dérangeante. Certaines personnes en sont choquées car elles ont l’idée (fausse, selon vous) que cette information ne devrait pas exister. Pour éviter cette réaction vous préférez ne plus diffuser l’information ; dommage ! Cette diffusion n’était-elle pas la possibilité d’éduquer ces personnes choqués en les confrontant à la réalité, sans vraiment mettre d’individus particuliers dans l’embarras ? vous n’êtes pas directement responsable, et les auteurs ne sont pas nommés.

    À mi-chemin de l’écriture de ce commentaire je remarque la citation en haut à droite de chaque page de ce blog. Mais qu’est-ce qui vous prend, alors ? Vous ne souhaitez pas qu’on oblige des gens à se taire mais vous vous taisez de vous-même quand d’autres ne vous comprennent pas ? Continuez à montrer les choses telles qu’elles sont ! Que vous ignoriez les râleurs ou que vous discutiez avec eux (votre blog contient déjà des réponses), tout vaut mieux que de vous auto-censurer pour de leur masquer la réalité, non ?

  14. AnyC dit :

    Ma fille vient de passer l’ECN.
    J’ai vu la somme de travail qu’elle a fourni depuis 6 ans, les milliers d’heures passées sur ses bouquins, souvent en rentrant de stage de l’hopital ; c’est quasiment inimaginable quand on ne le voit pas de près. J’ai un immense respect pour les médecins, les étudiants en médecine, pour leur courage et leur dévouement.
    Et pourtant j’ai tellement rit à vos tweets…….. bien dommage que des idiots, bouffis de certitudes et sans doute tellement ignorants, n’aient pas compris.
    En tout état de cause, en tant que parent de D4, je vous remercie de ce que vous avez fait, de votre indulgence pour leur stress qui a du être immense pendant ces 3 jours, pour votre humour et votre bienveillance.

  15. Docteur_V dit :

    Un petit témoignage.
    Je suis Maitre de Stage et je reçois régulièrement des internes et externes dans mon cabinet de médecine générale. Ils m’accompagnent pendant 3 mois.
    Sur une vingtaine d’étudiants, je n’en ai jamais trouvé un d’insuffisant. Ils sont bien meilleurs que nous étions il y a vingt cinq ans quand j’ai fini mes études.
    La qualité s’améliore et même si je trouve l’enseignement nul et que cet ECN est une ineptie, nous avons vraiment des éléments de grande qualité intellectuelle et le plus souvent humaine.
    Les perles, c’est rigolo. Comme le joueur de foot international qui fait des trucs avec les pieds que tu feras pas avec les mains et qui se vautre en marchant sur le ballon.

  16. Babeth dit :

    Zut, suis-je la seule à avoir raté ça?
    Bon, plus sérieusement, j’admire ton courage face à ton destin… non pardon, tes tweets! Pas toujours simple de dire publiquement : « Pardon, j’ai un peu merdé, je rectifie ».

Laisser un commentaire