L’agent orange, les pathologies cardiovasculaires et le néphrologue

Les états-unis d’Amérique pendant la guerre du Vietnam ont largement inondé (70 millions de litres d’agents arc-en-ciel) le pays d’un herbicide puissant l’agent Orange. L’agent Orange était un défoliant mis au point par des amoureux de la planète terre, Monsanto. La particularité de cette herbicide est de contenir de la dioxine (TCCD). La dioxine est un produit hautement toxique et dangereux pour l’environnement. Il a une toxicité pour tous les tissus. Il est cancérogène et teratogène. On peut dire qu’il s’agit probablement d’une des plus belles saloperies jamais produite par l’homme.

Un éditorial du FASEB raconte une très belle histoire illustrant l’importance de la complémentarité des approches pour répondre à des questions complexes. Les vétérans américains sont indemnisés du fait de l’exposition à l’agent orange, régulièrement la liste des maladies ouvrant droit à une pension est revue. Les pathologies cardiovasculaires y ont fait leur entrée, comme certains cancers ou la maladie de Parkinson par exemple. Le rationnel est essentiellement statistiques avec une augmentation certaine des événements cardiovasculaires chez les personnes exposées aux pesticides contenant de la dioxine. L’auteur montre comment la recherche sur les toxines urémiques et en particulier l’indoxyl sulfate (IS) a permis de proposer un rationnel expérimental fort liant agent Orange et maladies cardiovasculaires. Je vous avais déjà parlé de l’article mis en avant par l’éditorialiste. L’IS s’accumule avec la dégradation de la fonction rénale. Elle se lie à un facteur de transcription et l’active. Il s’agit d’Aryl Hydrocarbon Receptor (AHR). Cette protéine est aussi le récepteur de la dioxine. Les patients insuffisants rénaux chroniques ont une nette augmentation du risque cardiovasculaire et il y a une corrélation entre taux d’indoxyl sulfate et risque de survenue d’un événement cardiovasculaire. Une très belle revue sur le sujet, comparant les atteintes observées au cours de l’insuffisance rénale chronique et l’exposition à la dioxine, vient d’être publiée.

Il est beau de voir comment des approches différentes venant de champs éloignés se complètent pour justifier l’indemnisation des victimes. En espérant qu’un jour les vietnamiens en bénéficieront.

Ce genre d’histoire me renforce dans ma conviction que la science et la recherche sont avec l’art les plus belles activités humaines.

Ce contenu a été publié dans Medecine, Néphrologie, Science, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à L’agent orange, les pathologies cardiovasculaires et le néphrologue

  1. Ping : L'agent orange, les pathologies cardiovasculair...

Laisser un commentaire