Inhibiteurs de SGLT2 et risque d’acido-cétose

Ce nouveau traitement du diabète va arriver bientôt en France. Ces molécules inhibent la réabsorption rénale du glucose et permettent une meilleur équilibre glycémique. Il existe une maladie génétique associée secondaire à la perte de fonction de cette protéine, la glycosurie normoglycémique. Les personnes atteintes sont asymptomatiques. Il était facile de conclure que ces drogues auraient peu d’effets secondaires. Pour plus de données sur le sujet je vous renvoie aux articles cités dans cette note.

La FDA lance une alerte sur le risque potentiel d’une association entre utilisation de ces médicaments et survenue d’une acido-cétose diabétique. Une vingtaine de cas ont été rapportés. Il n’y a pas vraiment d’explications pour l’instant. L’histoire nous dira si il fallait s’inquiéter ou pas.

En attendant, si vous initiez ce traitement chez un diabétique, gardez cette complication dans un coin de votre de cerveau.

The U.S. Food and Drug Administration (FDA) is warning that the type 2 diabetes medicines canagliflozin, dapagliflozin, and empagliflozin may lead to ketoacidosis, a serious condition where the body produces high levels of blood acids called ketones that may require hospitalization.

Source : Drug Safety and Availability > FDA Drug Safety Communication: FDA warns that SGLT2 inhibitors for diabetes may result in a serious condition of too much acid in the blood

Ce contenu a été publié dans Medecine, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire