Ce que veulent nous dire les patients sans parler

Il y a une dizaine de jours dans l’excellente chronique, Place de la Toile, sur France Culture, que vous pouvez écoutez en dessous, ou lire là,

Xavier de la Porte nous parlait d’Elli, la thérapeute virtuelle. Il s’agit d’un outil de diagnostic qui repose sur l’analyse du langage non verbal. Il aide à identifier les soldats souffrants de stress post traumatique pour initier le dialogue et le soin. L’équipe de LP Morency travaille depuis longtemps sur la détection de ces messages.

The doctor may see you now

Cette quête de l’infra texte, au delà du langage est fascinante. Je me souviens de Perec.

Quand j’essaye d’enseigner l’examen clinique à un étudiant, j’insiste sur l’observation, sur l’importance du regard sur le patient, ses gestes, ses mouvements, ses mimiques, sa peau et ce qui l’entoure. Combien d’hyponatrémies ou d’hyperkaliémies mystérieuses furent expliquées en regardant la table de nuit, où se battaient en duel bouteilles d’eau et fruits secs? Pour comprendre, je conseille la lecture de Sherlock Holmes. Conan Doyle était médecin.

Après avoir capté ces informations, il faut les analyser. Ceci peut être difficile quand contaminé par le discours nous ne captons pas ces signaux. L’expérience permet de relier tous ces signaux qui ne sont que du langage verbal ou non. Les outils informatiques peuvent probablement nous aider à mieux les dépister (Elli est un bon exemple). Il y aura probablement dans nos salles de consultations des caméras qui reliées à des logiciels pourront capturer et analyser en temps réel certains comportements et augmenter la qualité des informations recueillies lors d’un entretien clinique. Nous ferons de la clinique numériquement assistée (CiNA).

En attendant, certaines indications non verbales sont analysées uniquement dans l’après coup. L’émotion ou la surprise empêche l’attention immédiate qui permettrait de rebondir sur ce que le patient veut nous dire sans parler.

Il y a peut de temps un patient que je suis pour une insuffisance rénale chronique m’a offert ça.

oliveC’est de l’huile d’olive. Ce patient a bénéficié il y a plusieurs années d’une transplantation hépatique en raison d’une cirrhose alcoolique. Le cadeau est gentil. Je crois que le contenant à beaucoup à dire. Je dois penser à lui parler de sa consommation d’alcool à la prochaine consultation.

Langage non verbal à travers le cadeau, acte manqué, j’y vois sans doute le désir de parler de ce problème…

Comme, quand un autre patient avait amené ses urines de 24 heures dans ça.

pipiHumour potache, mais aussi appel à la discussion.

Dans le soin rien n’est anodin. Il est difficile parfois de capter ces signaux. Nous devons avoir une grande concentration, une immersion totale dans le moment, pour les voir, les analyser et les transformer en mots.

Un beau métier que celui de médecin quoi qu’en pense certains. Un beau métier car complexe et riche pour peux que nous voulions y mettre un peu de sens.

Ce contenu a été publié dans Medecine, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Ce que veulent nous dire les patients sans parler

  1. Ping : Faut il croire l’ordinateur pour l’autodiagnostic? | PerrUche en Automne

  2. Ping : Ce que veulent nous dire les patients sans parl...

  3. Ping : Les dangers de « l’i-Patientation » | PerrUche en Automne

  4. Ping : Un an plus tard, que veux me dire ce patient ? | PerrUche en Automne

Laisser un commentaire