Comment augmenter son impact factor de 1721,947% ? Ou les malheurs de la bibliométrie

Elle vient avec l’été, la nouvelle fournée de l’impact factor, ce hit-parade de la revue avec la plus grosse zigounette est toujours un moment de joie. Un peu comme le classement de la meilleure chanson de tous les temps de l’univers intergalactique, amusant, un peu futile, mais tellement important pour la carrière de l’universitaire et la survie de son équipe que malheureusement nous ne pouvons pas trop en rire.
Je me concentrerai cette année sur ma spécialité, la néphrologie. Nous allons bientôt préparer le prochain dossier de renouvellement de mon équipe. Le choix de la revue pour les prochaines publications est critique, son impact factor fait parti des critères. Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est l’impact factor, je vous renvoie à ma note de l’année dernière.

Je ne m’attendais pas à de grand bouleversement. J’espérais que JASN franchirait la barre de 10. Le classement dans la spécialité est un séisme, un tsunami, que dis je, la terre vient de changer de sens de rotation pour le néphrologue. JASN vient de se faire détrôner, mais par qui ? Suspense…IFuronephro2014

Et oui, déjouant tous les pronostics, explosant les cJASN, NDT, AJKD et son compagnon Kidney international, c’est Kidney international supplements qui passe miraculeusement de la 68é place sur 77 journaux à la deuxième en pratique la première pour le néphrologue. Son IF passe de 0,606 à 10,435, une augmentation de 1700%, quel succès, son éditeur est un génie.

KIsuppIF1 KI supp 2014 IFJe mets les images pour confirmer mes dires qui pourrait passer pour les élucubrations d’un pauvre PU-PH en crise d’angoisse publiante. Qui, il y a deux jours, ce serait battu pour publier dans cette revue? Personne, demain ce sera la ruée. Si tu n’as pas publié dans KI supplements, tu es un has been, un looser…

Après un moment de stupeur, que dis je, de vertige métaphysique, j’ai tenté de comprendre cette progression digne d’un tweet de Barack Obama ou de d’ellen DeGeneres. Vous remarquerez qu’il aura suffit de 691 citations. La réponse arriva vite et très simplement en allant sur la page des archives du journal. Je vous rappelle que nous tenons compte des articles publiés en 2012 et 2013 cités en 2014.

KI suppTOCEt oui, la revue a eu la bonne idée de publier les KDIGO pour l’insuffisance rénale aiguë, les glomérulopathie, l’anémie, la pression artérielle, la prise en charge des maladies rénales chroniques. Il s’agit de guides de bonnes pratiques élaborées par des experts du domaine. J’ai essayé de trouver les 691 citations en 2014, je n’y suis pas arrivé. Je voulais savoir si c’était bien les KDIGO qui tirait le journal vers le haut. Si quelqu’un sait comment faire je suis preneur. J’ai essayé dans le web of science mais je n’y suis pas arrivé, je trouve un chiffre bien plus bas (une cinquantaine de citations en 2014).

Cette fondation est gérée par la NKF. Le plus drôle dans l’histoire est que le journal de la NKF est AJKD… Certains vont se mordre les doigts de ne pas avoir publiés les guidelines dans leur journal plutôt que de les laisser filer à NPG. Joli coup de pub pour KI supplements. Il faut qu’il en profite car vu ce qui est publié en 2014, l’IF de l’année prochaine risque de s’effondrer et celui de 2016 de retrouver sa 68é place.

J’aime bien cette histoire, elle illustre les limites de l’impact factor pour évaluer l’importance d’un journal dans le champ scientifique. Si les KDIGO sont utiles, ils ne font que synthétiser de la science. Le travail est important mais il ne doit pas servir à augmenter de 1700% la valeur de la revue qui les publie et nous chambouler.

Allez lire le blog Rédaction médicale et Médicale sur le même sujet, vous verrez que notre titre est très différent.

 

 

Ce contenu a été publié dans Médecine humeur, Science, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire