Dans un effort de simplification la Cnemmop tua la Cnipi et la CPNES

Pour une fois, une commission nationale va en remplacer deux. Il s’agit d’un grand moment dans l’histoire des questions d’éducation médicale. La Cnemmop est un délicieux acronyme qui veut dire Commission nationale des études de maïeutique, de médecine, d’odontologie et de pharmacie. Vous remarquerez que l’ordre alphabétique a prévalu pour citer les quatre professions médicales, il ne fallait vexer personne. En pratique, ce sera une commission consultative qui réfléchira sur l’organisation des études médicales et la démographie des professions médicales. Une nouvelle machine à pondre des rapports poussiéreux est nait, chantons ses louanges et souhaitons lui bon vent pour ses quêtes. Un de ses premiers travaux pourrait porter sur la pertinence du maintien de l’ECN comme mode d’entrée dans le troisième cycle des études médicales et la place de la clinique dans la formation.

A l’heure, où de nouveaux outils apparaissent pour former les étudiants, cette commission pourrait s’emparer de l’utilité des nouvelles technologies dans l’enseignement en santé. Je vous avez montré l’expérience de Dassault systems, Microsoft avec ses HoloLens ne semble pas vouloir rester à la traine.

Pas mal. L’enseignement de l’anatomie mais aussi de la physiologie et de la clinique vont être bouleversés par ces technologies de réalité augmentée. Il ne restera plus qu’a trouver le moyen de faire ressentir la douleur pour avoir une expérience totale.

Ce contenu a été publié dans Médecine humeur, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Dans un effort de simplification la Cnemmop tua la Cnipi et la CPNES

  1. nfkb0 dit :

    HoloLense du passé : http://www.nfkb0.com/2014/10/09/the-cardiac-output/ Efficace aussi pour comprendre 😉

Répondre à nfkb0 Annuler la réponse.