Marcus Miller, Jazz à Juans, 2015

Cet été, je ne suis allé voir qu’un concert. Concert unique, mais formidable, je n’avais pas autant pris de plaisir depuis un concert d’EST. Les conditions étaient parfaites dans la pinède Gould, chaud mais pas trop, pas de vent, ciel clair.

Première partie, Kenny Garrett qui a fait un grand numéro avec son groupe rendant  hommage à John Coltrane puis Sonny Rollins. C’était tellement bien, que j’ai failli partir, la soirée étant déjà excellente pourquoi prendre le risque d’être déçu. J’ai vraiment craint que la première partie soit meilleure que ce qui devait être le sommet. Il y avait eu un petit indice que la soirée était spéciale quand sur les morceau caraïbes de Garrett on a vu la frimousse joviale de Mino Cinelu et surtout ses mains de feu venir derrière les percussions, en support.

Kenny Garret est un très grand musicien et un show man, réussir en première partie à faire lever le public de Juans était une belle performance. Ses improvisations furent magnifiques. Mais…

Il est 22h30 quand Marcus Miller et son groupe, plutôt sa tribu rentre sur scène. Marcus Miller est un immense musicien qui sait merveilleusement bien s’entourer. Il a eu un maitre dans le domaine Miles Davis. Il y a une guest star, ce soir, Ibrahim Maalouf qui vient avec une composition. Premier morceau, la machine est lancée et ne s’arrêtera que  2h plus tard. Marcus miller est en grande forme. Il réinvente le big band. Au maximum, il y a eu une vingtaine de musiciens sur scène. Le concert fut énorme, sur scène où on voyait le plaisir des musiciens à jouer ensemble,à partager leurs univers musicaux, que dans le public qui a fini debout.

En dehors de Marcus Miller, un leader impressionnant de précision et de justesse, deux musiciens ont fait de grands numéros. Alex Han au saxophone, on comprend pourquoi alors que tous son groupe à fini par rejoindre le Miller band sur scène, seul Kenny Garret n’est pas venu. Alex Han est un saxophoniste hallucinant de talent. Il a servi quelques solos incroyables, Marcus le poussant dans ses retranchements, lui répondant au mêm niveau pour notre plus grand plaisir. Le deuxième qui  sort du lot est Adam Agati, guitariste, il a fait des solos renversant jouant avec tout l’orchestre ou en tête à tête avec Miller. Il a eu jeu splendide, du talent pur. Les autres musiciens sont tous excellents, aucune faiblesse dans ce groupe.

Cette soirée fut magique, on avait l’impression que le temps s’était arrêté et que seule la musique comptait. Un immense concert, un je ne sais quoi me fait dire que peut être nous aurons l’opportunité de le réécouter.

En attendant voici quelques extraits de cette soirée fabuleuse; que j’ai trouvé sur you tube, merci à la personne qui a mis ça en ligne.

Pour commencer, un petit hommage à l’esprit Motown.

Puis un classique de Marcus Miller, Blast dans une version survitaminée

Et pour finir le cadeau de Maalouf à Miller

J’ai bien fait de ne pas partir à l’entracte. Il faut toujours allez au bout de ce que l’on a commencé.

Si vous avez l’occasion de voir Miller sur scène, précipitez vous.

Ce contenu a été publié dans musique, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Marcus Miller, Jazz à Juans, 2015

  1. Nicolas dit :

    Allez voir Kamasi Washington s’il passe près de chez vous. Vu hier soir au Blue Note de New York, c’était formidable. Son triple CD « The Epic » est une merveille…

Laisser un commentaire