De l’utilité des registres, un exemple norvégien

Les pays nordiques ont développé depuis des dizaines d’années des registres des données de santé de leurs populations. Ils utilisent de façon remarquable ces outils importants pour la santé publique. Un bel exemple vient d’être publié dans AJKD.

  1. Familial Factors, Low Birth Weight, and Development of ESRD: A Nationwide Registry Study. Ruggajo, Paschal et al. American Journal of Kidney Diseases, 2016

Les auteurs montrent que le petit poids de naissance (10é percentile: <2,8 kgs) ou un petit poids pour l’age gestationnel est associé au risque de développer une insuffisance rénale chronique terminale (besoin de dialyse ou de transplantation), en tentant d’éliminer les facteurs familiaux. Ce travail repose sur l’analyse de plus de 1 800 000 naissances. Il n’y a après un suivi maximum de 40 ans et médian de 21 ans que 527 IRCT. Comme vous pouvez le voir sur la figure, avoir un retard de croissance intra-utérin est associée à une augmentation du risque.

Large image of Figure 1.

Soyons clair, en terme individuel ce travail est de peu d’intérêt car l’événement étudié est rare et il est impossible de proposer un suivi néphrologique régulier à des enfants pesant moins de 2,8 kgs (179000 personnes pour seulement 83 événements). Dans la discussion les auteurs suggèrent que pour un poids inférieur à 2,5 kgs l’effet est encore plus fort. Le message a retenir est l’importance de la lutte contre les facteurs associés à un risque de petit poids de naissance en terme de population. Ce genre de travail serait bien plus intéressant à mener dans des pays avec une plus forte prévalence de petits poids de naissance, en particulier du fait de la restriction calorique.

Dans ce travail, les auteurs confirment l’idée qu’en cas de maladie génétique rénale ou congénitale, le petit poids de naissance est un facteur de risque d’IRCT. Une équipe danoise l’avait montré dans la polykystose rénale autosomique dominante. On peut aussi raisonnablement se poser la question d’un effet de la maladie rénale sur le poids de naissance.

Ce très intéressant article apporte une pierre supplémentaire au modèle de programmation fœtale. Le fait de naitre avec un petit poids est associée à une réduction du nombre de néphron (l’unité fonctionnelle du rein), chez l’homme contrairement aux rongeurs la néphrogenèse s’arrête à la naissance. L’impact de l’histoire intra-utérine sur la vie adulte est un champs de recherche passionnant, difficile, mais passionnant. La création de registres bien documentée sur les conditions de la grossesse devrait permettre à coté de travaux expérimentaux de mieux comprendre ce phénomène. Sur le sujet du programming fœtal, je vous conseille si vous ne connaissez pas l’histoire de vous intéresser au Pays-Bas au cours de la seconde guerre mondiale avec la famine de l’année 1944.

Nous ne sommes pas que le fruit de nos gènes mais aussi de notre relation à l’environnement. Nous ne soulignerons jamais assez le rôle des facteurs environnementaux sur la santé humaine en cette ère de médecine de précision. Une petite leçon d’humilité pour la médecine qui se voudrait toujours triomphante.

Au fait, bonne année 2016 et surtout bonne santé.

bonne_année_2016

Ce contenu a été publié dans Medecine, Néphrologie, Science, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à De l’utilité des registres, un exemple norvégien

  1. Zlacheur dit :

    Bonjour! Alors en ce qui concerne le don de rein dans le cadre de la transplantation, les donneurs avec. Un faible poids de naissances sont éliminés ?!

    • PUautomne dit :

      Actuellement non, mais c’est un joli travail à faire voir si le poids de naissance influence sur la survie rénale du donneur et du receveur.
      Belle idée.

Laisser un commentaire