Jinarc: SMR modéré et ASMR IV

La commission de transparence vient de rendre son avis. Le Jinarc (tolvaptan) a un service médical rendu modéré, il rejoint les médicaments dits d’exception et la CT a donné le cadre de sa prescription. Nous pourrons le prescrire à des patients avec une polykystose rénale autosomique dominante authentifiée (ce qui veut dire qu’il faudra au minimum respecter les critères de Pei et avoir l’histoire familiale ou une mutation identifiée dans PKD1 ou PKD2), avec un DFG >30 ml/mn/1,73m2 et des signes de progression de la maladie.

L’avis est très intéressant car la CT définit des critères de progression faisant la part belle aux radiologues:

  • Une néphromégalie importante associée à un risque de perte de fonction rénale c’est-à-dire :
    1. Un volume rénal ajusté à la taille > 600 ml/m à l’IRM ; ≥ 630 ml/m à l’échographie ou
    2. Une longueur des reins > 16,7 cm à l’IRM ; > 16,8 cm à l’échographie.

et

  • Des signes d’évolution rapide de la maladie tels que :
    1. La présence de manifestations cliniques (douleurs rénales, ou hémorragie ou infection intra-kystique, hématurie macroscopique)                                                      ou
    2. une perte significative du DFG d’au moins 5 ml/min/an (appréciée par les formules du MDRD, CKD-EPI ou par la clairance de la créatinine).

Je trouve que le choix des critères prédictifs de progression ou patent de progression sont pertinents. Je suis par contre étonné de voir mettre au même niveau l’échographie et l’IRM et ne pas parler du scanner. Les différences entre mesure écho et IRM fait franchement rigoler, celui qui se dit capable de mesurer des reins polykystiques de plus de 16cm à 0,1 cm de précision en échographie est soit un grand menteur, soit un dieu de l’échographie. Il fallait bien un peu d’humour dans cet avis. La recommandation est assez stricte, ce qui est une bonne chose. Les tenants de la génétique ont perdu. Otsuka doit respirer.

Il n’y a plus qu’a ce que la tutelle et le laboratoire s’entende sur un prix et nous pourrons proposer cette molécule au patient.

Ce contenu a été publié dans Néphrologie, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Jinarc: SMR modéré et ASMR IV

  1. Trocadéro dit :

    Bonjour
    Quelle différence faites vous entre irm et scanner ?
    Cordialement

    • PUautomne dit :

      L’un est irradiant, l’autre pas, pour mesurer la taille des reins en pratique je ne pense pas que l’un ou l’autre soit très différent, du moins dans la pratique clinique. La majorité des travaux d’évaluation du volume rénal ont été fait en IRM ce qui justifie le positionnement de la CT mais comparer l’écho à l’IRM je rigole doucement…

  2. Ping : Recommandations européennes pour l’utilisation du tolvaptan dans la polykystose rénale autosomique dominante | PerrUche en Automne

  3. Jean-Pierre dit :

    Bonjour,

    Savez-vous ce qu’il en est aujourd’hui en matière de prix, de disponibilité du médicament, etc ???
    Cordialement.

Laisser un commentaire