La maladie rénale chronique est un vrai problème mondial.

Les néphrologues ne sont pas de très bons communicants, sauf peut être avec les étudiants en médecine. Les endocrinologues par contre sont très forts et je ne parle pas des cardiologues. Nous n’arrivons pas à convaincre nos tutelles que la recherche dans le domaine des maladies rénales chroniques est important. Nous n’arrivons pas à stimuler le financement de la recherche dans le domaine au niveau où il devrait être. La baisse du débit de filtration glomérulaire est un facteur de risque cardiovasculaire et de mortalité avec plus d’impact que le diabète comme le montre cette figure.

IRC_deat_IDMLe taux d’infarctus du myocarde est plus important chez les patients avec un débit de filtration glomérulaire inférieure à 60 ml/mn (rouge) que chez les diabétiques (bleu clair). Le taux de mortalité toute cause est plus important chez les insuffisants rénaux chroniques que chez les patients ayant déjà fait un infarctus du myocarde (bleu foncé). Cette simple figure devrait suffire à faire comprendre l’importance du problème.

Utilisons les données mondiales issues de l’IHME qui vous montreront que la maladie rénale chronique est un enjeu de santé publique important et en train d’exploser.

Commençons par le taux de décès (pour 100000) dont la cause est une maladie rénale chronique (MRC). J’ai fait un GIF montrant l’évolution de 1990 à 2013 en 6 points. Dans certaines régions du monde (Amérique centrale en particulier et Mexique) le taux de mortalité a explosé. Il est probable que la néphropathie mésoaméricaine soit en cause.

Death_CKDLa figure suivant montre que le taux de mortalité en rapport avec une MRC a augmenté dans le monde, avec quelques points très chauds.

Taux changemetnL’augmentation turque et la baisse syrienne n’ont rien à voir avec la médecine mais plutôt avec la géopolitique. Pour l’Ukraine, la baisse est certainement un problème de classification, comme nous allons le voir. Si on représente sous forme de classements, j’aime pas mais tellement efficace, la maladie rénale chronique est la pathologie non transmissible qui a le plus augmentée en terme de rang passant de la 27é place à la 13é place.

RankingL’IHME permet aussi d’analyser la mortalité en fonction de la présence d’un facteur de risque. Un débit de filtration bas est un facteur de risque de mortalité. Je vous propose les même figures mais cette fois ci avec cette variable.

low_gfr_deathNous observons les mêmes résultats.

Evolution_lowGFR_deathLa situation est encore plus préoccupante avec ce paramètre. La maladie rénale chronique n’est pas un problème uniquement de pays riches mais aussi de pays pauvres. L’évolution si elle se poursuit va poser des problèmes majeures de prise en charge. En terme de classement, la situation est la même. Il y a probablement une sous estimation de la situation. Si la protéinurie était combinée au DFG bas la situation serait pire.

rankin_lowgfrIl est probablement temps que nous prenions conscience de la dimension mondiale et grave du problème. La journée du rein arrive bientôt, il faut en parler encore et encore. Je me suis limité à une analyse de mortalité mais vous pouvez faire les même figure avec les YLDs et DALYs.

Pour avoir un élément de comparaison, je me suis amusé à faire une analyse avec ce qui semblerait avoir eu un impact sur la survie des français l’année dernière, la grippe. Comparez bien les échelles (et oui, un rapport 10), comparez le bruit médiatique fait autour de la grippe et de la maladie rénale chronique et vous comprendrez mieux où se situe le problème dans nos priorités de santé publique.

grippe_mortVous avez peut être vu une augmentation importante de la mortalité au Royaume-uni du fait de la grippe. Je n’ai pas d’explication. Je suis allé regarder le taux de vaccination contre cette maladie chez les plus de 65 ans sur un bout de période. VOus en tirerez les conclusions qui vous font plaisirs

grippe vaccination UKJe finirai avec des données purement hexagonales, juste pour illustrer la puissance de l’outil de visualisation.

evolution_death_CKD_frLes maladies rénales sont un véritable problème de santé publique mondiale. Elles ont un impact sur la survie des populations. Comprendre pourquoi elles augmentent la survenue de complications cardio-vasculaires ou infectieuses, comprendre pourquoi elles progressent et identifier des facteurs sur lesquels nous pouvons intervenir est essentiel.

Si nous sommes des piètres communicants, Barack Obama est d’une efficacité remarquable. En ce mois, bien particulier pour les afro-américains, son photographe officiel a encore pris un cliché superbe. Peut être devrions nous envisager de demander à Pete Souza de faire quelques clichés sur les MRC.

 

Ce contenu a été publié dans Néphrologie, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à La maladie rénale chronique est un vrai problème mondial.

  1. doume dit :

    Est-ce que le vieillissement de la population en 15 ans n’a pas une influence sur le taux de mortalité par la grippe ?
    Je vois la précarité actuelle de l’état de santé des résidents d’EHPAD (en moyenne 11 mois de survie après leur institutionnalisation).

    NB Pourquoi ces chiffres si hauts chez les irlandais jeunes ?

Répondre à doume Annuler la réponse.