Incompréhension

Fin de semaine studieuse à Varsovie, après deux jours de réunion autour des toxines urémiques, je suis allé me promener. Je voulais voir ce qu’il restait du ghetto. Sur le plan de l’hôtel, il était dit que tout avait été rasé par les nazis. Il ne restait qu’un fragment de mur au ul.Sienna 55.

800px-warsaw_ghetto-svg

Par [User:Jkan997] — http://sharemap.org/public/Warsaw_GhettoGeospatial data sources:Open Street Map Data (CC-SA-BY) – http://wiki.openstreetmap.org/wiki/OpenStreetMap_LicenseWarsaw City Administration materials – http://getto.um.warszawa.pl/index.php, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=20772411

Je repérais le lieu et me dirigeais sous le soleil polonais vers ce que j’imaginais être un lieu de mémoire. Quelle ne fut pas ma surprise quand arrivant devant le 55, je ne voyais rien, pas de panneau, pas d’indication, une porte bien fermée avec un digicode. J’avance un peu et je tombe sur cette plaque.

plaque_55_siennaLa plaque indique qu’une partie du mur du ghetto a été conservé dans la cour du bâtiment. Rien n’est indiqué sur comment rentré. La plaque du dessus rend hommage au bataillon Chobry II. Je me redirige vers l’entrée, pas de sonnette, pas de moyen simple pour ouvrir la porte. Je regarde sur le coté, pas moyen de rentrer. Je vois un marron d’Inde que je ramasse, j’aime bien cet arbre et ses fruits. Il me rappelle mon enfance heureuse. Je retourne vers la porte. Je vois une vieille dame ouvrir une autre porte vitrée, en face, j’attends, elle se dirige vers moi, appuie sur l’ouvre-porte intérieur. Je lui tiens la porte. Elle me dit quelques mots en polonais en souriant. Je ne comprends rien, je souris, je rentre. Je me dirige vers l’autre porte qui s’ouvre de l’intérieur mais pas de l’extérieur. Je vois le jumeau du digicode de la rue. Comment faire pour explorer la cour si je reste enfermé dehors après? J’ai mon  marron dans la poche. Je bloque la porte avec, espérant que personne ne viendra.

Le mur est juste à gauche en sortant.

20160917_154713Deux plaques indiquent bien que c’est ici.

20160917_154633L’une est du mémorial américain de l’holocauste.

20160917_154647J’étais ému devant ce mur, ultime témoignage physique, de ce cauchemar que fut le ghetto de Varsovie.

L’endroit était silencieux, j’étais seul. En levant les yeux, derrière le mur, on voit la pointe du palais de la culture et de la science presque cachée par une tour moderne. Sur un cliché, un résumé de 60 ans d’histoire de ce pays, le drame de la seconde guerre mondiale, l’oppression soviétique et l’ère post-soviétique.

20160917_154753 J’ai récupéré mon marron qui a tenu la porte ouverte. Je suis parti en silence.

J’ai bien fait de venir au ul.Sienna 55. J’ai bien fait d’être patient.

Cette expérience me laisse perplexe.

Est ce que je suis vraiment pas dégourdi? Y avait il un moyen plus facile d’accéder à ce pan qui me semble important de l’histoire de cette ville? Quel est le sens d’une non accessibilité aisée?

Si vous avez des réponses, je suis preneur. J’avais bien cru comprendre que la Pologne a des petits problèmes avec sa mémoire en particulier concernant son rôle dans la Shoah, comme en témoigne les soucis de l’historien Jan Tomasz Gross.

Est ce que ceci a un rapport ou est ce juste un problème de propriété privée?

En écrivant cette note, j’ai découvert ce site qui m’aurait permis une exploration plus intéressante de cette mémoire.

Grâce à wikipedia et wikicommons, j’ai découvert qu’il y a un autre pan de mur au 60 ou 62, Zlota et qui semble plus facile d’accès. J’aurais du mieux chercher.

MAJ après retour en France. Je suis allé regarder dans le routard dès mon arrivée à l’aéroport. Il explique très bien ces petits problèmes que j’ai rencontré. Comme quoi un guide de voyage peut être utile. C’est ma seconde je soutiens l’édition française.

Ce contenu a été publié dans Histoire, Voyages, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Incompréhension

  1. tomkiewicz dit :

    Bonjour, je vous conseille le très digne « mémoire juive, mémoires polonaise » actes du colloque tenu à Cracovie les 10 et 11 juin 1995, édité par l’institut français de Cracovie C&D international editors.
    s’il n’est pas plus possible de le trouver et s’il vous intéresse réellement, je peux vous envoyer mon exemplaire.
    cordialement
    Elisabeth Tomkiewicz

Répondre à tomkiewicz Annuler la réponse.