De l’information, ils veulent de l’information néphrologique.

Intéressante discussion en post-congrès avec des collègues, il semblerait que de nombreuses personnes regrettent de ne pas avoir plus d’accès à de la littérature médicale, ici néphrologique dans un mode pré-maché. Quand j’ai entendu ça, j’ai avalé mon Bäckeoffe de travers (de porc). Je n’ai jamais eu la prétention de couvrir l’ensemble de la bibliographie néphrologique depuis 10 ans que je fais du blogging. Ici j’en suis à plus de 670 notes, entre un tiers ou la moitié portent sur de la littérature médicale, essentiellement néphrologique. J’ai tenté de faire une revue de la littérature hebdomadaire, j’ai tenu 41 semaines en 2014. Je crois qu’il y avait pas mal d’informations. J’ai eu un nombre de commentaires par des collègues néphrologues ridiculement bas, qui continue, regardez le nombre de commentaires sous mes quatre dernières notes, qui concernent un peu le néphrologue. Je ne parle même pas des recensions des kidney week. J’ai arrêté pas un manque de retour suffisant me disant, c’est intéressant ou pas. Le but n’est pas d’entendre c’est formidable ce que tu fais, même si flatter l’égo n’est pas désagréable justement pour maintenir la motivation, mais d’ouvrir un espace de discussion sur certains sujets.

information_nephro

Quand j’entends qu’il n’y a rien ou que l’accès à l’information néphrologique est compliquée, j’ai l’impression de ne pas vivre sur la même planète.

Si mon blog et mon style ne plaisent pas car un joyeux gloubiboulga, il y a plein d’autres ressources en particulier en langue anglaise. Elles sont moins un joyeux mélange nephro- littéraro-jazzique. Je me souviendrais toujours d’une personne qui sur « kystes » pensait que j’étais plusieurs et n’a jamais voulu croire à mon unicité du moins physique à défaut de psychique.

En français: Nephroblog bien sur, un nephrocosme (plus très actif alors qu’il commençait bien) et bien évidement le club des jeunes néphrologues avec son intéressante séance de bibliographie.

En Anglais: on commencera par l’indispensable Precious body fluids, Nephronpower, l’excellent History of Nephrology, Renal fellow, le très bon AJKD blog. Cette liste n’est pas exhaustive loin de là, il y a le journal club sur twitter avec son storify NephJC et bien sur nephmadness, une façon très intéressante de faire de l’enseignement en néphrologie.

Twitter est aussi une excellente façon de faire de la veille bibliographique, il suffit de suivre des néphrologues. Quand un ancien président de la société de néphrologie ne comprenait pas l’intérêt de faire du LT de congrès, je saisis la réticence des collègues à mettre un orteil sur le truc. Je présume que sur facebook, il doit aussi y avoir de l’information, sur youtube il y a quelques chaines néphrologiques très bien faites et j’en passe.

Je ne parle même pas de la facilité d’accéder aux revues en ligne de néphrologie. Maintenant avec sci-hub si vous n’avez pas d’accès vous trouverez dans 90% des cas l’article de vos rêves où que vous soyez dans le monde.

Pour être au courant des mises à jour des blogs, des sommaires des revues, il suffit de s’abonner pour recevoir des notifications soit par mail, mais à mon avis la syndication rss reste le plus simple, utiliser twitter n’est pas mal non plus.

Je ne comprends pas comment on peut dire, je manque d’accès à l’information en Néphrologie à l’heure actuelle. Le problème est plutôt de ne pas se noyer dans le flot. La curation offerte par les blogs et les réseaux sociaux est intéressante. Elle demande un effort minimum, s’abonner gratuitement. Un monde s’ouvre, régulièrement mis à jour. Personne ne lira à votre place, ceci demande un minimum d’effort et de dédier du temps à cette activité essentielle, pour ne pas dire vitale, lire de la littérature médicale.

Si certains ont des ressources néphrologiques à ajouter qu’ils n’hésitent pas à poster dans les commentaires, je mettrais la note à jour, si on m’alimente.

Ce contenu a été publié dans Blog, Medecine, Médecine humeur, Néphrologie, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

23 réponses à De l’information, ils veulent de l’information néphrologique.

  1. Mona dit :

    Hello ! Merci pour cet article !!
    Je ne fais pas trop de commentaires maus j’apprécie beaucoup ce blog!!
    Merci de continuer car je sais que cela consomme beaucoup de temps !!
    Merciii
    Mona

  2. bonjour, surpris mais pas étonné
    peu de collègues cherchent de l’information (professionnelle et scientifique) ou se disent à la fois submergés par l’information et manquant d’accès
    un vrai challenge de knowledge management et d’information literacy, mots à la mode mais concepts fondamentaux éternels
    je fais beaucoup de curation de contenu avec scoop.it
    on en parle si vous voulez
    cordialement

  3. Vernier dit :

    Je ne suis pas sûr qu’un nombre peu important de commentaires soient corrélés avec l’intérêt porté à l’article commenté, ainsi certains articles très intéressant se prêtent peu à cet exercice. De plus j’imagine que d’autres lecteurs sont dans mon cas: l’interactivité offerte par le système du blogging ne me séduit que modérément, ce qui n’empêche pas la lecture attentive, crayon en main.
    Mais aujourd’hui j’ai décidé de vous dire merci et combien votre blog m’a apporté, interne je l’ai suivi avec beaucoup d’intérêt (ainsi que néphroblog) il m’a permis de rentrer dans le monde de la littérature néphrologique en évitant de me noyer dans le flot d’informations de la littérature scientifique. J’avais même à cet époque mis en fiche certains de vos articles! Et je crois avoir parcouru l’ensemble du blog.
    Actuellement en post internat, je le lis différemment mais avec toujours un grand intérêt.
    Jusqu’ici mon unique participation, cet été, avait été de vous écrire pour m’inquiéter de l’inaccessibilité de certains articles, voici mon deuxième commentaires: simplement merci! Et bonne continuation!

  4. Il y a ceux qui cherchent et ceux qui ne cherchent pas. Cela commence par l information ou l education scientifique et aprés par l abord diagnostic. L absence de lecture fera craindre l absence d amėlioration de la prise en charge du patient. Cela n est pas nephrologique… je suppose que vous n avez pas rencontré un nephrologue .🤔.ok un peu dure.

    Poursuivez votre blog est tres agreable et reposant. Lu par notre entourage.fellow nurse med diet…

  5. nfkb (@nfkb) dit :

    Tous les blogueurs aiment les commentaires ! C’est presque une raison d’être du blogging ! et sans tomber dans le #ValocheGate ne soyez pas si timide 😉

  6. JIPS dit :

    Bonjour, bien que patient et non néphrologue je lis vos textes avec un grand plaisir – voir l’intérieur de la machine permet de mieux en comprendre le fonctionnement 🙂

    Puisque vous demandez qu’on amène des informations, puis-je en profiter, même si ce n’est pas purement de l’information néphrologique, pour inciter vos collègues du Nord et du Pas de Calais (voire des Hauts de France) à signaler à leurs patients concernés par une maladie rénale génétique les Journées Annuelles de l’AIRG-France, samedi prochain à Lille ?

  7. Le dinh dit :

    Peut être qu il y a pleins d infos partout mais vous (tu) nous transmettez une info critique qui pour une ‘simple’ généraliste ‘ Est parfaite car Claire et synthetique( enfin pas tant que ça sur le dernier::))). ) Et puis y a pas que la médecine 😊Ca faut du bien de comprendre qu on est aussi des etres humains…
    À vous suivre tres bientot
    Surtout continuez👍

  8. Caroline dit :

    Bonjour!
    Je laisse rarement des commentaires, mais je suis néphrologue et je vous lis fidèlement, avec beaucoup d’intérêt. Merci pour les articles que vous « décortiquez » pour nous, c’est un travail extrêmement précieux (il n’est pas si simple pour moi de remettre en perspective ou de voir ce qui pèche dans une étude).
    En terme de sources d’informations : c’est un autre angle (synthèse sur un sujet à un temps T, et non « veille bibliographique » en temps réel), mais je recommande également Uptodate, qui m’est devenu indispensable au quotidien.
    Encore merci pour tout ce que vous faites.
    PS : je vous ai écouté récemment sur les toxines urémiques et j’ai beaucoup apprécié votre intervention et votre pédagogie

  9. Ping : De l’information, ils veulent de l’...

  10. nephrocosme dit :

    Bonjour,
    Nephrocosme était toujours présent sur le web, mais sous une forme plus… collaborative!
    Merci pour la citation, qui met du baume au coeur. (Et amène a une certaine réflexion, car je n’ai jamais autant lu que lorsque j’écrivais!)
    A suivre…

  11. Clo dit :

    Bonjour
    Les néphrologues vous lisent, poursuivez cette enrichissante expérience!! Surtout les jeunes néphrologues 😉
    Merci pour vos partages et réflexions

  12. Albouzi dit :

    je suis un généraliste fan de ce blog, et pourtant la néphro est loin d’être ma tasse de thé…dégouté par les cours sur les compartiments liquidiens de l’organisme bus à la fac. L’espoir revient avec vous. A bientôt donc.

  13. Merci beaucoup de centraliser ici vos (tes) centre d’intérêts néphrologiques. Ca touche de près ma propre spécialité (endoc) et en plus d’apporter des infos, votre (ton) regard permet aussi d’ouvrir à la réflexion, au moins personnelle, mais c’est vrai que j’oublie qu’elle serait sans doute plus riche si la réflexion/discussion était partagée. A très bientôt donc =)

  14. Chloé dit :

    Votre plume me plait depuis kyste, et même si je ne commente jamais, j’aime et je partage.
    Continuez 😉

  15. K dit :

    Fidèle lecteur depuis 2008!
    Merci pour les suggestions, je ne connaissais pas nephrocosme

  16. Jax dit :

    Bonjour,

    Je ne suis certes pas néphrologue moi-même, mais je lis ce blog entre autres comme une veille scientifique sur en néphro.
    J’avoue être pingre en commentaires, je vais tâcher de faire un effort.

    Bonne journée.

    Jax

Répondre à Le dinh Annuler la réponse.