Anthropocène sauce islandaise

J’ai découvert l’outil timelapse de google Earth. C’est impressionnant de voir l’impact que nous pouvons avoir sur la nature en tant qu’espèce. Nous sommes bien dans l’anthropocène. Je me suis souvenu de mon dernier voyage en Islande en 2009. Nous étions dans les fjords de l’est. Si l’Islande est pluvieuse, l’est est très pluvieux.

1280px-map_of_iceland-svgIl s’agit d’une partie peu peuplée de ce pays. Quand vous voyagez un peu ici, si la nourriture est assez chère, vous réalisez vite que l’énergie est très peu onéreuse, le moindre village a une piscine en plein air chauffée. La géothermie est une source importante d’énergie à coté de celle ci vous avez l’hydroélectrique.

Un jour en nous promenant dans le un fjord près de Reydarfjordur, nous avons découvert ça.

usine_1 usineUne magnifique usine au bord d’un joli fjord. Quand on regarde vers le large, on voit ça.

usine_fjordCette magnifique usine, propriété d’Alcoa, s’appelle Fjardaál. Il s’agit de la plus grosse fonderie d’aluminium du pays et le plus gros site de production du groupe. Le minerai ne vient pas d’Islande mais d’autres pays comme le Canada ou les USA. L’intérêt de transporter du minerai au milieu de l’atlantique nord est le faible cout de l’énergie. La production d’aluminium a un gros défaut sa gourmandise en électricité.

La construction de l’usine a un peu défiguré le site, mais il permet de faire travailler plus de 300 personnes. Je me suis alors demandé d’où venez l’électricité. J’ai appris qu’il avait fallu construire un barrage à 75 km de là, en fait une série de barrages pour pouvoir nourrir le monstre d’Alcoa. Ce lieu s’appelle KARAHNJUKAR. Une rivière a été sacrifiée et un réservoir de la taille de Manhattan est le fruit de cette gourmandise énergétique. Le point rouge marque le barrage et le blanc le site de l’usine.

carteVous remarquerez la taille du lac artificiel, voici un petit Gif pour illustrer l’apparition de cette création de l’homme.

centraleDe près ça donne ça. Vous arrivez au milieu de nulle part.

contexteVous tournez le dos aux moutons et vous découvrez.

lac lac_barrageCe joli lac paisible, vous trouvez que c’est pas mal ce scandale écologique. Vous avancez sur le barrage et là vous découvrez le résultat en aval.

videJe trouve ça moins mignon, cette gorge vide. L’électricité n’est pas produite ici, il a été creusé un tunnel de 40 km qui amène l’eau après une longue chute à une usine souterraine qui produit beaucoup, beaucoup de Kw. Pour transporter l’électricité, il faut des pylônes. Nous devons reconnaitre à l’ingénieur islandais un certain sens esthétique pour le pylône.

pylone_2 pylone_1 pyloneOn dira qu’on les voit à peine dans le paysage.

La rivière ainsi asséchée pour nourrir ces beaux poteaux s’appelle Jökulsá í Fljótsdal. Elle allait se jeter dans l’Atlantique, ici.

fjordLa rivière qui se jette dans l’océan est la Lagarfljót. Sur ce gif vous pouvez voir l’impact de l’asséchement de la rivière. On constate la disparition des eaux boueuses de la rivière de gauche et son remplacement par un cours beaucoup moins important.

fjordJe n’ai pas d’idées sur l’impact environnemental de ces constructions. J’ai du mal à imaginer que ce fut neutre pour la nature islandaise. J’aimerai bien savoir si des études ont été réalisées. J’avais été impressionné par les modifications de paysage induites par l’activité humaine, je le suis toujours. Nous sommes vraiment une drôle d’espèce capable de changer aussi vite notre environnement. Notre puissance devrait nous rendre plus responsable avec cette magnifique planète qui est notre maison commune.

Ce voyage fut le dernier en Islande, je ne sais pas si la découverte de cette histoire a eu un impact pour cette absence de retour dans ce magnifique pays. Ce ne fut probablement pas neutre.

 

Ce contenu a été publié dans Voyages, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire