En rangeant des photos

Je cherchais des photos pour illustrer un article quand je suis tombé sur des images prises cet été. J’étais très limité en capacité de prise de vue n’ayant que mon téléphone.

J’aime beaucoup cette image. L’officier qui nous dit No Ordnung (pas d’ordre). La photo a été prise à Maribor. Une saveur particulière quand on connait l’histoire de cette ville.

Les têtes de morts m’inspirent surtout quand elles annoncent que l’armée de la vie les tuent. Si vous aimez les squelettes ne manquez pas ce blog qui vous donnera votre dose quotidienne.

Et puis ma préférée, surprenant, inattendu, drôle, un cachalot en plein cœur de Vienne.

En les regardant, je me suis souvenu du dernier film que j’ai vu au cinéma, hors dessins animés. Faites le mur! L’improbable film de Banksy sur le street art. J’ai adoré ce film, les aventures complétement folles d’un fou de street art dirigé par des stars du milieu qui devient Mr Brainwash, la création d’une exposition hallucinée et surtout les œuvres qui marquent notre imaginaire urbain. Au delà, il y a une réflexion sur qu’est ce que l’art, qu’est ce qu’une oeuvre d’art, quand est ce qu’un genre artistique rentre dans l’institution? Ce film est un tag, spontané et drole, après ce premier effet, il ouvre un champs de réflexion très intéressant. Il est fort ce Banksy.

Le street art est une tension entre message politique, création d’une œuvre et détournements des supports ou de notre imaginaire. En écrivant, je me rends compte que je donne la définition de la poésie. Oui, l’art urbain est poétique. Une œuvre de Banksy est comme un poème de Maïakowski. Ils dynamitent le réel pour que nous prenions conscience des limites de ce monde que nous appelons réalité. En changeant l’angle de vue, en modifiant la focale, si nous acceptons de nous laisser emporter, nous découvrons un ailleurs derrière nos perceptions sensorielles. Il faut s’arrêter sur l’image ou le mot et laisser son imagination remplir les non-dits comme dans un roman de Duras (lisez le ravissement de lol V Stein), prendre le temps de la réflexion ou faire une association libre, c’est au choix, le votre.

J’aime les calendriers, alors j’en ai un, voilà l’illustration de janvier. Banksy of course…

Une sélection de street art de 2011 et  une petite chanson…

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Ce contenu a été publié dans Blog, voyage, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à En rangeant des photos

  1. Bert dit :

    Depuis quelques semaines je découvre votre blog avec plaisir…. quelle vision du monde médical , ce n’est pas une perruche mais un vilain petit canard que je découvre au fil des post, un vilain petit canard qui nage dans la mare des PU-PH…… vous pouvez être fier d’être le petit caillou dans la godasse du monde hospitalo-Universitaire ……
    mais quand vous publiez ça: « 106 of the most beloved Street Art Photos – Year 2011 » http://www.streetartutopia.com/?p=6490
    alors la je suis sur le cul!!! j’ai envoyé ce lien il y a quelques jour a une bonne partie de ma mailing list….
    Vous m’avez donné envie d’écrire !!
    De témoigner sur l’avenir de l’Hôpital public, sur la permanence des soins, sur la tarification à l’activité, sur le quotidien d’un service d’urgence samu smur…… sur notre société malade….. sur « l’insurrection qui vient » .
    Bonne continuation…

  2. Gélule dit :

    Comme je te rejoins! J’aime le street art. J’avoue ne pas être allée aussi loin que toi dans ma réflexion sur l' »art urbain », mais j’aime découvrir quelque chose de joli, de façon inattendue, surprenante, gratuite, drôle, bien trouvée, qui fait venir un sourire aux lèvres au coin d’une rue, au milieu du gris du béton. Ca a demandé du travail à ceux qui l’ont réalisé, tout ça pour les passants, c’est si simple et en même temps fou dans notre monde où tout s’achète. J’aime en particulier sans trop savoir pourquoi les techniques de pochoirs, comme la petite fille de ta dernière illustration. Alors tout comme Bert un grand merci pour le lien que je connaissais pas!

  3. bientotDR dit :

    J’aime également le street art un peu comme Gélule, en passante et je connaissais celui de la petite fille sans savoir à qui l’attribuer. Il ressemble un peu à ce que fait Nemo à Paris et ailleurs. C’est de la poésie gratuite pour tous avec un sourire canaille en plus.

Laisser un commentaire