Proverbe du jour

« Par deux monts cernés, un moine vociférait »

Dans « Heurs et Malheurs du trou du cul » de Quevedo

Publié dans littérature | Marqué avec , | Un commentaire

Une fiche pour les patients après la consultation avec le néphrologue

Une fiche, elle aussi adaptée du CKD pathway.

Je la donne aux patients pour qu’ils puissent suivre leur maladie rénale chronique et qu’ils aient un trace de leur consultation avec quelques trucs. J’ai adapté en fonction de mes idées. Je ne suis pas convaincu de l’utilité, mais je me dis qu’un peu d’informations en plus ne nuira pas. N’hésitez pas sur des retours d’usages.

Je vous rappelle deux fiches sur les aliments riches en sodium et potassium.

Protégez vos reins

Publié dans Néphrologie | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

Hypnotique

J’aime beaucoup cet artiste.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Pensée médicale du jour

16. De même, vu le nombre de disputes, scandales, dégradations, morts et vengeances commises en bandes ou factions, nous interdisons les armes déloyales et meurtrières que sont les épées, pistolets, médecins, chirurgiens, pharmaciens, crétins, bavards ou idiots. Nous déclarons ennemis de l’intégrité physique les médecins, chirurgiens et pharmaciens, et de l’intégrité financière les greffiers, avoués, cochers et Gitans.

Décret du temps, Quevedo

Publié dans littérature, Médecine humeur | Marqué avec , | Laisser un commentaire

La maladie rénale chronique est un vrai problème mondial.

Les néphrologues ne sont pas de très bons communicants, sauf peut être avec les étudiants en médecine. Les endocrinologues par contre sont très forts et je ne parle pas des cardiologues. Nous n’arrivons pas à convaincre nos tutelles que la recherche dans le domaine des maladies rénales chroniques est important. Nous n’arrivons pas à stimuler le financement de la recherche dans le domaine au niveau où il devrait être. La baisse du débit de filtration glomérulaire est un facteur de risque cardiovasculaire et de mortalité avec plus d’impact que le diabète comme le montre cette figure.

IRC_deat_IDMLe taux d’infarctus du myocarde est plus important chez les patients avec un débit de filtration glomérulaire inférieure à 60 ml/mn (rouge) que chez les diabétiques (bleu clair). Le taux de mortalité toute cause est plus important chez les insuffisants rénaux chroniques que chez les patients ayant déjà fait un infarctus du myocarde (bleu foncé). Cette simple figure devrait suffire à faire comprendre l’importance du problème.

Utilisons les données mondiales issues de l’IHME qui vous montreront que la maladie rénale chronique est un enjeu de santé publique important et en train d’exploser.

Commençons par le taux de décès (pour 100000) dont la cause est une maladie rénale chronique (MRC). J’ai fait un GIF montrant l’évolution de 1990 à 2013 en 6 points. Dans certaines régions du monde (Amérique centrale en particulier et Mexique) le taux de mortalité a explosé. Il est probable que la néphropathie mésoaméricaine soit en cause.

Death_CKDLa figure suivant montre que le taux de mortalité en rapport avec une MRC a augmenté dans le monde, avec quelques points très chauds.

Taux changemetnL’augmentation turque et la baisse syrienne n’ont rien à voir avec la médecine mais plutôt avec la géopolitique. Pour l’Ukraine, la baisse est certainement un problème de classification, comme nous allons le voir. Si on représente sous forme de classements, j’aime pas mais tellement efficace, la maladie rénale chronique est la pathologie non transmissible qui a le plus augmentée en terme de rang passant de la 27é place à la 13é place.

RankingL’IHME permet aussi d’analyser la mortalité en fonction de la présence d’un facteur de risque. Un débit de filtration bas est un facteur de risque de mortalité. Je vous propose les même figures mais cette fois ci avec cette variable.

low_gfr_deathNous observons les mêmes résultats.

Evolution_lowGFR_deathLa situation est encore plus préoccupante avec ce paramètre. La maladie rénale chronique n’est pas un problème uniquement de pays riches mais aussi de pays pauvres. L’évolution si elle se poursuit va poser des problèmes majeures de prise en charge. En terme de classement, la situation est la même. Il y a probablement une sous estimation de la situation. Si la protéinurie était combinée au DFG bas la situation serait pire.

rankin_lowgfrIl est probablement temps que nous prenions conscience de la dimension mondiale et grave du problème. La journée du rein arrive bientôt, il faut en parler encore et encore. Je me suis limité à une analyse de mortalité mais vous pouvez faire les même figure avec les YLDs et DALYs.

Pour avoir un élément de comparaison, je me suis amusé à faire une analyse avec ce qui semblerait avoir eu un impact sur la survie des français l’année dernière, la grippe. Comparez bien les échelles (et oui, un rapport 10), comparez le bruit médiatique fait autour de la grippe et de la maladie rénale chronique et vous comprendrez mieux où se situe le problème dans nos priorités de santé publique.

grippe_mortVous avez peut être vu une augmentation importante de la mortalité au Royaume-uni du fait de la grippe. Je n’ai pas d’explication. Je suis allé regarder le taux de vaccination contre cette maladie chez les plus de 65 ans sur un bout de période. VOus en tirerez les conclusions qui vous font plaisirs

grippe vaccination UKJe finirai avec des données purement hexagonales, juste pour illustrer la puissance de l’outil de visualisation.

evolution_death_CKD_frLes maladies rénales sont un véritable problème de santé publique mondiale. Elles ont un impact sur la survie des populations. Comprendre pourquoi elles augmentent la survenue de complications cardio-vasculaires ou infectieuses, comprendre pourquoi elles progressent et identifier des facteurs sur lesquels nous pouvons intervenir est essentiel.

Si nous sommes des piètres communicants, Barack Obama est d’une efficacité remarquable. En ce mois, bien particulier pour les afro-américains, son photographe officiel a encore pris un cliché superbe. Peut être devrions nous envisager de demander à Pete Souza de faire quelques clichés sur les MRC.

 

Publié dans Néphrologie | Marqué avec , , , , | Un commentaire

En France, ayez une maladie rénale, c’est la meilleure spécialité

Il est devenu comme un petit rituel, le classement des CHU et des spécialités en fonction du choix des internes venant de passer l’ECN. C’est devenu le pendant du classement des hôpitaux par le point et les autres magazines qui a défaut de faire des enquêtes font du pseudo data-journalisme. Je me fous un peu de ces classements. On change tous les ans de numéro 1. Ça monte, ça descend comme la bourse, ça fait un petit buzz sur les réseaux sociaux, un peu dans la presse et voilà, trois petits tours et puis s’en vont les classements, laisser malgré tout un petit message dans la tête des gens.

Le number one est content, les autres moins. Il faut m’expliquer comment en un an un CHU devient le meilleur et l’année suivante perd trois ou 4 places et le sens que ceci a. Qu’est ce qui a changé? Une autre méthodologie plutôt que la moyenne du rang serait d’analyser la migration des étudiants. Passons, ça amuse et ça ne prête pas vraiment à conséquence. Là où je suis franchement gêné, c’est pour le classement des spécialités.

classementJe suis d’autant plus à l’aise pour en parler que ma spécialité, qui est bien évidemment la plus passionnante de toute, est cette année, la meilleure. Le problème est là, on parle de meilleur dans le titre du classement, comme si nous étions aux jeux olympiques des spécialités, comme si un néphrologue travaillait tout seul dans son coin sans le recours à d’autres spécialistes. Je trouve cette manière de présenter les données totalement obsolète et rétrograde. L’idée de classer les spécialités entre plus intéressante et moins intéressante est déjà une vraie connerie, mais déclarer que cette année la néphrologie est la meilleure, l’année prochaine ce sera l’ophtalmologie, ne veut rien dire. C’est juste la spécialité la plus choisie avec la méthodologie utilisée, si on prenait le choix des 100 premiers pour classer les spécialités ce serait probablement différent et peut être qu’avec le rang médian qui aurait plus de sens, encore différent. Ce genre de pseudo-analyse pas très fouillée donne de fausses informations et dégrade l’image de certaines spécialités qui n’en n’ont pas besoin.

Nous pourrions nous gargariser et dire que la qualité de l’enseignement de notre spécialité fait que nous attirons des internes, que les enseignants des CHU en néphrologie sont vraiment exceptionnels d’attirer autant d’étudiants bien classés. On nous donnerait pas une petite prime pour ça? Je m’en garderai bien. La cour des comptes, je vous le rappelle, a une autre lecture de l’attractivité de la spécialité. Je suis rassuré que ma spécialité qui est passionnante, riche aussi au niveau scientifique qu’humain, j’essaye de le montrer avec ce blog, soit aussi bien choisie. Je trouve dramatique ce classement qui annonce que la plus mauvaise des spécialités est la médecine du travail.

classement1Nous avons besoin de médecins du travail, je l’ai déjà dit et je le répète encore. Au moment où tout le monde s’excite sur le burn out et veux faire de la dépression une maladie professionnelle, il y a un champs de recherche, de travaux passionnants immense à mener dans cette spécialité. Dire que les spécialités (psychiatrie 27/30) en pointe sur la prise en charge de ce problème sont mauvaises ou pire des mauvais choix est dramatique.

Si ce magazine pouvait juste dire au lieu de meilleures spécialités, parler de spécialités les plus choisies, ce serait déjà un pas en avant. L‘ECN n’en a pas fini d’avoir des effets négatifs sur la médecine. Pour information, aux USA, la néphrologie est une spécialité qui est de moins en moins choisie, je ne crois pas qu’elle soit moins bonne là bas.

Publié dans Médecine humeur | Marqué avec , , , | 3 commentaires

Pensée du jour alimentaire

12. Nous condamnons au plus grand malheur et declarons Fréres initiés ceux qui, par avarice et sauf cas de force majeure (auquel cas la loi ne s’applique pas), achètent au marché les denrées les moins chères, comme si un médecin, un pharmacien ou un infirmier à la maison toute l’année n’étaient pas plus chers pour soigner les conséquences d’une mauvaise nourriture; nous leur demandons de réformer leur comportement ou d’être punis par les curés et les croque-morts de leur paroisse à proportion du dommage causé par leur sottise.

Loi d’orientation générale, par Don Francisco de Quevedo Villegas, poète binoclard.

Publié dans littérature, Médecine humeur | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

FGF23 et Polynucléaires Neutrophiles

L’actualité me donne l’occasion de parler à nouveau d’une cellule un peu méprisée, le polynucléaire neutrophile (PNN). Autant (ou au temps?) le lien avec l’insuffisance rénale chronique de ma précédente note ne sautait pas aux yeux, aujourd’hui c’est une évidence.

Le FGF23 est une hormone phosphaturiante qui s’accumule au cours de l’insuffisance rénale chronique. Elle répond à l’accumulation de phosphore (ou plutôt son apport alimentaire). Les mécanismes régulant son expression restent obscures. Le FGF23 a pour cible le tubule rénal avec pour récepteur le FGFR1 et Klotho. A ce niveau, il diminue la réabsorption de phosphore, augmente la réabsoption du sodium et du calcium. Le FGF23 a aussi pour cible le cœur. Son accumulation entraine une hypertrophie ventriculaire gauche. Le récepteur est ici FGFR4. Chez l’homme, plus on a de FGF23 circulant plus on a un risque important de mourir. Une bonne revue sur cette hormone au cours de l’IRC par un de ses grands spécialistes est disponible ici.

Une équipe allemande vient de publier dans le JCI (journal au combien FGF23phile, voir ici, et encore ) le rôle du FGF23 sur la fonction du neutrophile au cours de l’insuffisance rénale chronique. Si l’impact de l‘inflammation sur l’expression du FGF23 est connue, passant par HIF1, http://www.kidney-international.org/cms/attachment/2043455124/2056087237/gr7.jpgson impact en retour sur les fonctions de l’immunité innée était inconnu.

Les auteurs montrent que les souris insuffisantes rénales chroniques (néphrectomie des 5/6) ont une augmentation de la mortalité dans un modèle de pneumopathie. Il y a moins de PNN dans le poumon mais plus de bactéries. L’injection de FGF23 chez des souris non IRC entraine le même phénotype que chez les souris IRC. Chez les souris IRC, l’injection d’un anticorps anti-FGF23 améliore le pronostic des souris. Les auteurs identifient le recepteur des PNN pour le FGF23, il s’agit de FGFR2.

Dans un modèle in vivo (microscopie intravitale) et in vitro (chambre de flux), les scientifiques montrent que FGF23 inhibe l’activation des PNN (rolling, adhésion à l’endothélium, production de ROS et transmigration). L’activation de FGFR2 entraine un défaut d’activation des intégrines β2 des PNN dans une voie PKA dépendante et ainsi le défaut d’activation des PNN à une stimulus inflammatoire.

Enfin les auteurs montrent que cet effet se retrouve avec les PNN de patients IRC qui adhérent moins in vitro, en réponse à la stimulation par l’Il8, que ceux des contrôles. Ce phénomène est bloqué par l’inhibition du FGF23 et induit par l’ajout de FGF23 sur des PNN sains, il est aussi dépendant de l’activation des FGFR.

Cet article est important, si les données publiées sont confirmées. Il place le FGF23 comme un acteur important de la réponse inflammatoire, du moins de sa régulation. En réponse a un stimulus inflammatoire, quand vous avez beaucoup de FGF23 circulant vos polynucléaires vont sortir moins et moins vite des vaisseaux pour aller vous défendre contre les bactéries. Le FGF23 induirait ainsi une neutropénie fonctionnelle. Il permettrait d’expliquer les infections sévères observées chez l’insuffisant rénal chronique et justifie une attitude agressive pour traiter toute infection chez ces patients immunodéprimés.

Je ne suis pas sur que cette découverte débouche sur des applications cliniques majeures. Il justifie pleinement d’avoir comme objectif une maitrise du taux de FGF23 et peut être devrions nous le doser en routine pour déterminer le risque infectieux de nos patients. L’utilisation des monoclonaux anti-FGF23 dans un modèle animal s’est révélé catastrophique en augmentant la mortalité des animaux. Jouer sur le FGF23 en modulant la concentration en phosphore est tentant, ceci pourrait être un bel essai thérapeutique. Diminuer le phosphore pour diminuer le FGF23 et diminuer la mortalité d’origine infectieuse. Ce n’est pas demain que nous le verrons.

Par contre au niveau physiopathologique, c’est passionnant. S’agit il d’un mécanisme de régulation de l’inflammation? J’aimerai bien savoir ce qu’il se passe dans un modèle de souris invalidée pour Fgf23 en réponse à une inflammation ou une infection. Y a t il un afflux massif de PNN? Y a t il la formation de plus gros abcès? Y a t il une réponse inflammatoire inadaptée? Que se passe t il quand on met du FGF23 et un agonsiste d’AHR sur un PNN? Est ce que le FGF23 a un impact sur la formation des NET? Nous n’avons pas fini d’entendre parlé de cette hormone.

J’espère que cet article va relancer l’intérêt sur l’étude des PNN au cours de l’IRC. Je vous conseille sa lecture qui est particulièrement stimulante

Publié dans Medecine, Néphrologie, Science | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Pensée du jour

11. De même; à cause des querelles et des violences, des scandales et des vengeances, des morts et des trahisons qui en bande ou individuellement se produisent, nous interdisons les armes dangereuses et nuisibles que sont les pistolets, les épées (surtout de marque), les médecins et les arquebuses.

« Décrets de nos royaumes », Quevedo.

Publié dans littérature, Médecine humeur | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Avec qui se marient les médecins ?

Un outil de visualisation plus amusant que où meurent les médecins sur le site de bloomberg: Qui se marie avec qui ?

Je vous mets le résultat pour les médecins et chirurgiens aux USA. Le résultat est sans ambiguïté. En France nous observerions probablement le même niveau d’endogamie.

Les médecins se marient avec qui

Publié dans Medecine | Marqué avec , | 2 commentaires