Allo, est ce que je pourrais parler à un néphrologue?

Jeudi matin, sortie de staff:

- »Allo stéphane, il y a un médecin qui voudrait parler à un néphrologue ».

- »Je prends. »

- »Allo Dr Citron, est ce que je pourrais parler à un néphrologue? »

- »Vous en avez un au bout du fil. Je suis chez un patient que je vois pour la deuxième fois, il a des oedèmes importants et sur le bilan d’hier un DFG à 8 ml/mn et une hémoglobine à 8,6 g/l,  est ce que je pourrais vous l’adresser? »

- »Oui bien sur, comment va t il venir?

- »A pieds, il habite pas loin de l’hopital (effectivement à moins de 500 m). »

- »Vous êtes sur qu’il pourra venir? »

- »Oui, il dit qu’il peut marcher. »

- »Vous êtes sur? »

- »Oui, oui »

- »Très bien, je l’attends à l’hopital de jour ».

Une heure et demie plus tard: « Allo Stéphane, M Pamplemousse est là ». J’arrive.

Je rencontre un homme charmant de 64 ans avec sa femme. Ils sont bien propres sur eux.

- »Qu’est ce qu’il se passe? »

- »Depuis trois semaines, j’ai les jambes très enflées et je n’arrive plus à dormir. »

- »Vous avez déjà eu des problèmes de santé? ». Il n’a jamais vu un médecin de sa vie.

J’ai mon hypothèse diagnostic.

- »Est ce que vous avez des problèmes pour uriner? »

- »Oui depuis deux ans, j’ai des pertes d’urine. »

- »Vous n’arriver plus à retenir les urines, c’est ça? et à déclencher? »

- »Non ça vient quand ça veut »

- »Depuis deux ans? »

- »Oui »

- »Et vous n’avez jamais consulté? »

« Non. Je pensais que ça allait passer. »

- »Vous savez docteur, il est dur au mal mon mari, si je n’avais pas appelé le Dr Citron, il serait encore à la maison. »

Mon hypothèse diagnostique est en train de se confirmer. Je le fais allonger. Il soulève sa chemise. Il a un ventre énorme avec un ombilic déplissé et une matité remontant jusque que dans l’épigastre. Un globe vésicale historique, c’est rare de voir un ombilic déplissé sur une vessie pleine. Il a au moins 15 litres d’œdèmes dans les gambettes.

Je jette un coup d’oeil en écho. Il a une vessie monstrueuse, au moins deux litres de globe. En appuyant sur son ventre ou plutôt sur sa vessie avec la sonde, il se pisse dessus sans pouvoir rien retenir, il s’excuse. Je dis que c’est normal et pas grave.  Je suis désolé d’avoir déclenché ça. La vessie est vraiment claquée, elle a perdu toute élasticité, la musculeuse est probablement détruite, la vessie est plastique. Les cavités sont dilatées.

Mon hypothèse diagnostique est malheureusement confirmée.

Le bilan:  1200 µmol/l de créatininémie et 6,4 mmol/l de potassium, allez on va monter aux soins intensifs avec notre nouvel ami.

On le sonde, le volume du globe sera de 3,5 litres. C’est le globe le plus important qu’il m’ait été donné de voir.

Je suis sidéré par la capacité qu’ont les hommes à tolérer le globe vésical et l’incontinence. A chaque fois je suis épaté par l’adaptabilité de l’homme. Si ça femme n’avait pas appelé le médecin, il serait encore resté quelques jours ou semaines dans cet état. C’est impressionnant. Il n’a probablement qu’une hyperthrophie bénigne de la prostate. Depuis le début de l’année, c’est le troisième que je vois en consultation adressé pour une insuffisance rénale plus ou moins sévère et qui me raconte une histoire d’incontinence évoluant depuis plusieurs mois voire années. Ils avaient tous des hypertrophies bénignes de prostate, heureusement les deux précédant n’étaient pas aussi grave et ils ont pu passer par la case urologue directement.

Il faut toujours rechercher un problème au niveau du bas appareil devant une insuffisance rénale aigüe ou chronique. L’interrogatoire et l’examen clinique en règle générale sont suffisants pour orienter, encore faut il y penser.

Il a eu un scanner. Il a fait une hématurie a vacuo, le globe a été vidé un peu trop vite responsable d’une déglobulisation (5,9 g ce matin) nécessitant une transfusion. Important de ne pas vider trop vite les vieux globes…

Quelques images:

Les têtes de flèches indique les reins et les flèches les bassinets dilatés. Le rein gauche a manifestement moins souffert que le droit, il y a plus de parenchyme autour des cavités dilatées. Nous pouvons espérer peut être récupérer quelque chose. Seule l’évolution après le drainage des urines le dira.

Ici il faut voir les uretères dilatées. Pour aider sur la même image je les ai entourés.

Dans un autre plan, le bassinet gauche (*) dilaté, le bas uretère gauche (flèche) et la vessie (flèche vide) encore pleine malgré la sonde qui est bouchée par l’hématurie (le blanc qui moule le ballonnet de la sonde).

Ici vous pouvez voir l’uretère droit dilaté (les flèches), impressionnant non?

Le rein droit n’est vraiment pas joli.

Il est maintenant bien drainé. J’espère que nous n’aurons pas à le mettre en dialyse, du moins pas tout de suite. Il est très gentil cet homme qui ne s’écoutait pas beaucoup.

Ce contenu a été publié dans Histoires de patients, Néphrologie, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Allo, est ce que je pourrais parler à un néphrologue?

  1. Babydoc dit :

    Effectivement globe très impressionnant qui nous rappelle bien que devant toute insuffisance rénale il faut chercher un obstacle!
    Merci pour tout!

  2. chantal dit :

    Intéressant. J’espère que le monsieur va s’en sortir le mieux possible.

  3. Gélule dit :

    Merci, maintenant je n’oublierai plus d’interroger sur les signes urinaires quand je verrai une IRC!

  4. kyra dit :

    merci pour les petites flèches et les petites étoiles sur les images du scanner!
    mon prof d’urologie nous serinait « on ne sonde jamais un distendu à urines claires »
    d’après lui il fallait poser un cathé sus-pubien, sais pas s’il avait raison.
    De toutes façons mettre un trocard dans une vessie dans cet état c’est pas tentant!

Laisser un commentaire