De la perception des bénéfices du dépistage du cancer du sein

Il faut lire cet article du NEJM sur le faible intérêt du dépistage du cancer du sein par un organisme indépendant suisse. La figure (francisée) que je reproduis ici est la donnée qui m’a le plus impressionnée. Elle compare la perception de femmes de 50 ans de l’intérêt du dépistage par mammographie tous les deux ans sur la survie à 10 ans à la réalité.

mammo perceptionCette figure résume la difficulté de l’information en santé. Elle est un beau reflet de l’efficacité de la désinformation sur les bénéfices du dépistage. Elle montre comment l’opinion publique est manipulée par des approches reposant sur irrationalité de la peur et non guidée par la tentative d’introduction de la raison dans la réflexion qu’est la science.

Certains veulent que la médecine reste un art, je préfère quand elle devient une science pour guider les choix. Utiliser des données de qualité pour aider le mieux possible la personne malade à choisir, en mettant nos préjugés le plus à distance possible. Soignants, nous devrions tous avoir cette approche. Elle est difficile, mais nos patients le valent bien.

Surtout, surtout, perdre cette sale habitude de terroristes, d’utiliser la peur dans le soin. Pas facile…

Ce contenu a été publié dans Medecine, Médecine humeur, Science, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à De la perception des bénéfices du dépistage du cancer du sein

  1. Eclairant en effet. Et encore, il manque le carré représentant les femmes opérées et/ou irradiées

  2. docsynock dit :

    la médecine doit être plus une science qu’un art…. MERCI

  3. Docteur_V dit :

    La médecine n’est pas une science et ne le sera jamais, mais doit être un ensemble de pratiques fondée sur des données scientifiques.

    • PUautomne dit :

      Ça se discute fortement, en tout cas pour certains aspects. Je pense que la médecine est plus proche de la science que de l’art. Probablement parce que je n’ai pas une âme d’artiste ou que j’ai une trop haute opinion des artistes et pas assez des médecins, moi compris.
      En fait ta définition me convient bien, même si inconsciemment tu n’y adhères pas complétement. Pourquoi? Car tu dis « dois être » est non pas « est ».

  4. doume dit :

    J’ai déjà lu cet article ailleurs et depuis je suis perplexe : que fais-je, mon RV de mammo de dépistage se trouve la semaine prochaine, j’annule ???
    Terrorisme ou restes de judéo-chrétienté : si on se comporte bien, si on fait tout ce que nous disent les médecins, règles hygiéno-diététiques et prévention, on sera récompensé, on ne sera pas malade, p’têt même qu’on ne mourra pas ???

  5. Oui à tout et surtout à Doume. Faire ce qu’il faut faire, ce que l’on attend de la bonne mère, de la bonne citoyenne et se laisser rassurer par le dépistage en s’étant d’abord laissé affoler par les dépisteurs!! il reste que la perception ou les « illusions » des femmes sont surtout le fruit de la perception et des « illusions » des médecins, vous ne pensez pas?
    Il existe encore beaucoup de médecins qui nourrissent cette perception.

  6. En français, un résumé du rapport suisse, pour ceux et celles qui n’ont pas le temps de lire les 84 pages de cet excellent rapport, ici : http://www.voixmedicales.fr/2014/03/18/depistage-du-cancer-du-sein-par-mammographie-les-effets-indesirables-lemportent-sur-les-effets-benefiques/

  7. Entièrement d’accord avec Martine. Les médecins capables de prendre ce recul ne sont pas légions et ceux qui forgent l’opinion sont ceux qui portent la bonne parole des institutions d’État, avec la force de frappe de ces dernières. Les seules choses qui me rassurent : voir que de plus en plus de femmes, déjà atteintes ou non, commencent à ouvrir doucement les yeux . Constater que la troupe des rares médecins qui tentent d’informer leurs patientes sur TOUTES les facettes du dépistage grossit. Mais le chemin me semble bien long encore avant que le grand public ait une idée des enjeux réels de ce dépistage. La peur est un des leviers les plus faciles à actionner. Et certainement l’un des sentiments les plus compliqués à dissiper.

  8. docteurdu16 dit :

    Merci d’enfoncer le clou.
    Rachel Campergue avait déjà parlé de cela.
    Je rappelle ses idées fortes que j’avais résumées ici : http://docteurdu16.blogspot.fr/search/label/NO%20MAMMO
    Mais le problème est celui-ci : les médecins ont la même perception faussée du bénéfice de la mammographie. Ce sont des citoyens comme les autres. Donc, science ou art, on s’en tamponne : incertitudes, oui.
    Bonne journée.

  9. Ping : De la perception des bénéfices du...

  10. Ping : Mon test est positif, est ce que je suis malade ? | PerrUche en Automne

Laisser un commentaire