Semaine 37

Ma petite revue de web est de retour. J’ai failli arrêter, mais après cette chronique, j’ai eu des scrupules. Merci à l’auteur et à celui qui me l’a fait découvrir.

Médecine

Impressionnant article dans le BMJ (plus de 2 000 000 de patients analysés) qui montre que l’inflammation avant une intervention chirurgicale augmente de façon importante le risque de thrombose. La véritable nouveauté de l’article est de montrer une relation entre sévérité de l’inflammation (ici essentiellement d’origine septique) et le risque thrombotique veineux. Il existe aussi une relation avec le risque de thrombose artérielle aussi bien au niveau coronarien que vasculaire cérébral. Cet article fera date et doit nous inciter à réfléchir sur des attitudes de prévention de la thrombose modulées par le niveau d’inflammation préopératoire. Un regret l’absence d’ajustement en fonction d’un facteur de risque reconnu de thrombose, l’insuffisance rénale chronique.

Jolie revue de la littérature sur les relations tube digestif-rein. Un sujet en pleine explosion, qui fait espérer des avancées importantes pour les patients.

Dans science, une nouvelle maladie associant hypogammaglobulinémie, cytopénies autoimmunes, infiltration tissulaire par une prolifération lymphocytaire essentiellement T (poumons, cerveau). Cette nouvelle maladie est secondaire à une mutation hétérozygote dans les gène codant pour CTLA4. Une protéine importante dans la régulation de la réponse immune, c’est le frein pour faire simple. Cet article est très intéressant car en clinique nous commençons à avoir des outils qui permettent de manipuler cette voie de signalisation.

Aux USA, la réadmission d’un patient après une hospitalisation entraine des pénalités. Des auteurs montrent que ce phénomène ne concernent pas que la qualité des soins mais est aussi lié à des facteurs économiques et sociaux. Ce n’est pas un grand scoop, il est plus difficile de prendre en charge des populations défavorisées que des cadres supérieurs. Cette lettre a le mérite de le montrer. Les implications pour un système de santé sont importantes car si on étouffe les hôpitaux, au nom de la sacro-sainte qualité, qui soignent les moins riches que se passera t il?

Quand on vous dit que la médecine, c’est aussi de la politique, encore un exemple dans le BMJ. Une étude quasi expérimentale qui compare la mortalité des pauvres si on leur accorde ou non le droit à un accès aux soins gratuits. Et que se passa t il dans cette état indien? Miracle, on réduisit la mortalité des pauvres quand on les soigna… Un article qui recadre très bien la problématique, on peut diminuer la mortalité mais ceci à un cout.

F4.largeDans science, une série d’articles sur le global health ou comment améliorer l’accès aux soins dans les pays les plus défavorisés. J’ai survolé quelques articles, ça a l’air très bien.

Je suis tout à fait d’accord avec ces auteurs pour abandonner le terme de maladie kystique de la médullaire au profit de Maladie Rénale Tubulointerstitielle Autosomique Dominante (MRTAD, en anglais ADTKD). Actuellement des mutations dans 4 gènes sont responsables de cette entité entrainant des insuffisances rénales chroniques entre 30 et 60 ans, UMOD, HNF1B, REN et MUC1. Il faut y penser devant toute insuffisance rénale chronique d’allure tubulointerstitielle, surtout si il y a un antécédent familial évoquant un mode de transmission dominant.

La consommation de cannabis c’est pas bon pour la santé mentale surtout quand on commence à l’adolescence. Faut juste en être conscient.

Science

Pour avoir un panorama presque complet de la recherche en néphrologie en France, c’est ici.

Et si donner de l’acétate devenait le futur traitement de l’anémie au cours de l’insuffisance rénale chronique? Un article récent de nature medicine le suggère. Les auteurs ont identifier une voie de stimulation de la production de l’erythropoiétine qui passe par HIF2 et ACSS2. Cette voie est stimulable par l’acétate. Ils montrent que chez des souris insuffisantes rénales l’anémie est corrigée par l’apport d’acétate. Ce très bel article de physiologie de l’érythropoièse illustre que la science fondamentale peut apporter des pistes simples pour la prise en charge de complications fréquentes des maladies rénales.

Très belle revue de la littérature sur les toxines urémiques, paracresyl sulfate et indoxyl sulfate par le maitre belge R. Vanholder qui prend sa retraite bientôt.

Le prochain commissaire européen chargé de la recherche sera un ingénieur puis banquier portugais de droite. Faut il s’en réjouir, s’en inquiéter, je n’en sais strictement rien. En tout cas il semblerait que le poste de conseiller scientifique indépendant va survivre à la fronde.

Divers

Splendide photo de la skyline de NYC en 1978.

tumblr_nbr0s2cZoo1s7f3fyo1_500
Je ne connaissais pas cette chanson du grand serge, j’aime bien l’interprétation.

Je ne connaissais pas celle ci non plus.

Ce contenu a été publié dans revue de web, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Semaine 37

  1. K dit :

    Très bon cet article sur ADTKD. Cependant, sur la biopsie rénale qu’ils montrent dans l’article, la FIAT n’est pas le truc qui tape-à-l’oeil (mais plutôt l’aspect des membranes basales). Je n’est pas eu l’impression que ce patient atteint de MRC 3 avait plus de FIAT que n’importe quel autre patient à ce stade!

  2. Medcit dit :

    Je n’ai pas analysé toute l’étude sur cannabis, mais la conclusion me semble un peu rapide. La consommation de cannabis avant 17 ans est associée à un plus grand risque d »échec scolaire, de suicide d’addiction au cannabis ou à d’autres produits stupéfiants.
    Pour autant la causalité reste à définir.L’échec scolaire, le suicide et les addictions sont elles plus importants dans une population qui a fumé du cannabis avant 17 ans, ou les sujets consommant du cannabis avant 17 ans sont ils ceux qui sont à plus grand risque de suicide, d’addiction ou d’échec scolaire.
    Il faudrait une bonne étude randomisée avec suivi sur 10 ans pour préciser les choses. Non je plaisante, ça n’a aucune importance en fait. Que le cannabis soit la cause d’une souffrance ou son expression ne change rien. Les patients consommant du cannabis avant 17 ans sont à risque de suicide d’échec scolaire et d’addiction.

Répondre à K Annuler la réponse.