Il y a trois catégories d’étudiants | Gaïa Universitas

«  Il y a trois catégories d’étudiants : ceux qui réussiraient partout, ceux qui n’ont rien à faire à l’université et que vous pouvez garder des années sans aucun résultat jusqu’à ce qu’ils renoncent d’eux-mêmes et enfin ceux qu’il faudrait pouvoir aider et mieux orienter. Être pluridisciplinaire est un vrai atout pour cette dernière catégorie que nous pouvons réorienter dans une meilleure direction. Mais on continue à fermer les yeux sur ceux qui n’ont aucune chance ». Manuel Tunon de Lara

C’est dit brutalement mais pas faux, le président de Bordeaux n’a pas la langue dans sa poche. Il a raison et son propos est largement soutenu par ce travail qu’encore une fois je conseille de lire.

Sous un argument de pseudo égalité nous nous voilons la face et nous ne rendons service à personne. L’université perd du temps, de l’énergie et de la crédibilité, l’état de l’argent, les étudiants du temps et le peu de confiance qu’ils pouvaient avoir en eux.

Une bonne note à lire.

Source : Il y a trois catégories d’étudiants | Gaïa Universitas

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Il y a trois catégories d’étudiants | Gaïa Universitas

  1. momoc dit :

    Concernant notre filière, êtes vous contre une pré selection ?

    Je suis arrivé en PACES un peu par hasard (admissions refusées en IUT et BTS), ayant réussi le concours je devrais etre contre une pré sélection.
    Mais ce n’est pas le cas, pendant mon année j’ai vu tellement de « gachis », des étudiants qui n’avaient rien à faire là. Une PUPH m’a confié qu’il y avais 1000 a 1200 sur les 2500 étudiants qui avaient des notes catastrophique mais qu’on les gardait 2ans. Une études de ma faculté en 2011 a montré qu’etre issu d’un bac technologique litterraire ou economique n’était clairement pas un critère de réussite .http://www.medecine.univ-lorraine.fr/etudes_medicales/
    J’ai bénéficié de ce système égalitaire, mais je pense être une « exception ». Dans ma promo j’ai l’impression qu’il n’y a que d’anciens bons élèves (mention, classe euro, double cursus francais allemand abibac..), le seul point commun que j’ai avec eux c’est que j’ai un bac scientifique, je faisait partis des derniers de la classe.

    Mais ce n’est pas parce que ce système égalitaire bénéficie à quelqu’un, qu’il faut fermer les yeux sur les autres. Je pense qu’une meilleure information d’orientation (études sur les profils des étudiants de 2eme années) ne suffirait pas à décourager les gens de s’inscrire, une propositon/obligation de réorientation pour les primants, une obligation de réorientation pour les doublant à la fin du premier semestre (études des notes des étudiants) existe déja mais n’est pas suffisante.
    Le pallier au dessus consisterais à une pré sélection au lycée.

    • PUautomne dit :

      Je suis partagé, j’ai déjà expliqué pourquoi http://perruchenautomne.eu/wordpress/?p=632 . J’évolue aussi depuis. Le succès des filières dites sélective montre que c’est une voie qu’il faut envisager. Le problème est qu’il faut éviter de rigidifier un système qui l’est déjà trop. Je serai pour la sélection avant la première année quand les passerelles pour rentrer plus tard seront performantes. Ça commence à être le cas. Le débat est complexe et devrait être apaisé le problème est que certains en font un outil politique en faisant une démagogie dans un sens ou l’autre.

Répondre à PUautomne Annuler la réponse.