AINS et antidépresseurs une association à prendre en considération pour le cerveau des patients

Dans la longue série des associations médicamenteuses à risque, le duo AINS-antidépresseurs va se tailler une belle réputation après ce travail coréen. Après l’étude de plus de 4 millions de patients, une analyse statistique complexe, le résultat est sans appel. Quand on prend des antidépresseurs mieux vaut éviter de prendre des anti-inflammatoires non stéroïdiens. Cette association s’accompagne d’une augmentation de 60% du risque de faire une hémorragie cérébrale dans les 30 jours suivant la prise de l’association. Certains vont dire encore une #statalacon, si vous regardez le tableau 2 vous verrez que ce n’est pas si anecdotique car le fait de prendre un AINS en plus du traitement antidépresseur fait passer l’incidence de 1,6/1000 personnes année à 5,7. Une augmentation qui me parait cliniquement signifiante.

La prochaine fois que vous prescrirez ou délivrerez (importance du pharmacien) un antidépresseur pensez à déconseiller l’utilisation concomitante d’un AINS. Je vous rappelle que cette formidable classe thérapeutique est en vente libre.

Ce contenu a été publié dans Medecine, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à AINS et antidépresseurs une association à prendre en considération pour le cerveau des patients

  1. Catherine Lemon dit :

    (Petit oubli dans le texte, ligne 5, AINS = anti-inflammatoires NON stéroïdiens, type Ibuprofène etc)

Répondre à Catherine Lemon Annuler la réponse.