Un peu de schizophrénie virtuelle

Je blogue depuis toujours comme un anonyme. La situation a changé après cette note (mdp:fermeture). Mon anonymat était avant ça assez facile à lever, surtout pour les gens qui me fréquentent un peu. Je ne pense pas être très différent ici et dans la vie réelle. Il me semblait que ma curiosité, parfois mon coté professorale voir ma suffisance pouvaient transparaitre dans les notes. Je suis comme ça dans la vie. J’ai parfois tendance à prendre  systématiquement mes interlocuteurs pour des étudiants à qui je devrais exposer mes idées géniales, souvent des lieux communs recyclés et servis avec un peu de conviction.

Un interne, il n’y a pas longtemps m’a dit qu’il trouvait un blog de néphrologue intéressant, « perruche en automne ». Il lui avait appris des petites choses et fait découvrir quelques livres. J’écoute, assez content, toujours valorisant d’entendre du bon sur soi. Il me demande si je connais le blog, je lui réponds: « oui un peu » et du coup si je connais le mec qui écrit. Là, j’ai un blanc et un moment de doute sur ma réponse.

Assez surprenant de se retrouver dans la position de l’auteur qu’on ne reconnait pas. Je suis pris par l’envie de le faire plus parler, il n’est pas fréquent d’avoir en face de soi un lecteur qui ne connait pas ton statut de rédacteur. Je ne sais pas quoi faire, lui dire que c’est moi, dire non je sais pas. Je lui demande si il n’a pas d’idée. Il me répond que non. Je lui demande comment il l’imagine. Il me décrit un jeune PU-PH, brillant, curieux de tout, de 10 ans plus jeune que moi, empathique, cool avec les gens, avec une envie de transmettre sans esbroufe et sans en rajouter et là, dans un moment de jolie naïveté ou d’ingénuité, il ajoute: « pas comme vous ».

Je me prends une jolie beigne dans la gueule. En gros, il vient de me balancer que je suis bien différent dans la vie et sur ce blog. De mec plutôt cool dans le virtuel (il n’avait pas du lire ces notes sur mon coté mandarinale), je suis pour lui en gros et en caricaturant à peine, un vieux con. Je suis un peu vexé. Je me rends surtout compte de combien je me suis livré ici et combien dans le travail je renvoie une image de blaireau pas très fin. En cinq minutes, j’ai pris 10 ans dans les dents et un retour pas très chouette sur mon comportement. Ça calme et ça oblige à se poser quelques questions sur soi.

Je renvoie probablement une image trop positive de moi ici, bien que je n’hésite pas parfois à frotter, voir carrément à être un sale troll. J’en fait peut être parfois un peu trop dans mon image de prof un peu désagréable et con. Je devrais probablement réduire la voilure. J’ai du mal, je le reconnais bien volontiers. En tout cas cette conversation m’a beaucoup apporté. Comme tout bon PU-PH égocentrique, parler de moi en bien ou en mal, ce n’est pas grave pourvu qu’on parle de moi.

Cette expérience montre que si on ne veut pas savoir qui se cache derrière ce volatile, c’est tout à fait possible.

Finalement, qu’elle fut mon attitude, lever de l’anonymat ou ais je laissé ce gentil garçon avec son image un peu idéal de l’auteur de ces lignes? Je vous laisse deviner. Ça faisait longtemps que je n’avais pas proposer de petit jeu.

En passant pour les amateurs de Jazz, un petit conseil d’écoute, le dernier album d’Ambrose Akinmusire, « A Rift in Decorum ». C’est un trompettiste franchement intéressant, avec une palette de jeu étonnante et un vrai talent dans les compositions. Un très bon live au village Vanguard.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Ce contenu a été publié dans Blog, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Un peu de schizophrénie virtuelle

  1. nfkb (@nfkb) dit :

    Tu as laissé l’interne dans le flou quant à l’auteur, j’en suis sûr.

  2. esde dit :

    Il ne reste plus qu’à voir la réaction de l’interne quand il aura lu cette note!

  3. Figonoir dit :

    Sinon, on peut imaginer que l’interne ai voulu s’amuser un peu car il connaissait déjà l’identité de l’auteur ?

  4. Jax dit :

    J’imagine que vous l’avez laissé dans le flou. Laissant volontairement un peu de temps passer entre l’épisode et la note, pour à la fois ne pas le mettre mal à l’aise dans l’instant précis de la conversation où le voile aurait été levé, et surtout pour constater sa réaction, un beau jour, quand il vous sortira « mais c’est vous ! ».

Laisser un commentaire