Hydratis ou l’attrape couillon

Entendre parler d’hydratation dans les médias est un véritable bonheur. Grace à Europe 1, j’ai découvert Hydratis et son patron (https://twitter.com/i/status/1308372567414247424). J’ai rarement entendu autant de conneries sur le sujet en une minute. On parle déshydratation, j’imagine, bêtement, qu’on parle de déshydratation intracellulaire (pour préciser, désolé je suis néphrologue).

Je suis heureux d’apprendre que 75% des français sont déshydratés, ce qui sous entend que 75% des français ont une natrémie supérieure à 145 mmol/l (définition de la déshydratation intracellulaire, en toute rigueur il faudrait utiliser l’osmolalité plasmatique). Je vois pas mal de ionogramme sanguin de patients avec des maladies rénales et l’hypernatrémie reste un désordre hydroélectrolytique rare et pour cause nous avons un mécanisme de défense très efficace, la soif. Cette allégation est fausse et ne repose sur rien.

Le CEO de cette magnifique société dit que « si on a soif c’est trop tard, on est déshydraté ». Ceci est totalement faux. La soif apparaît avant que nous n’ayons une natrémie à 145 mmol/l donc avant d’être déshydraté. Si on parle en osmolalité plasmatique, le seuil pour la déshydratation intracellulaire est une osmolalité supérieure à 300 mosm/l, le seuil de la soif est entre 288 et 294 en fonction des individus. Il s’agit de physiologie de base niveau 3é année de médecine. Il s’agit de la deuxième allégation fausse. Je rappelle que la recommandation pour la prévention de l’hyponatrémie lors de l’effort, c’est « drink to thirst » l’exact opposé de ce qui est dit ici. Prévenir sa soif peut être dangereux, surtout lors de l’effort.

Vers la droite c’est la déshydratation intracellulaire (manque d’eau) vers la gauche l’hyperhydratation intracellulaire (trop d’eau)

Nous continuons avec « pour corriger la déshydratation nous donnons des électrolytes ». Si nous parlons bien de déshydratation intracellulaire et comme le monsieur parle de soif j’ai conclu que c’était le sujet. Donner des électrolytes ne sert à rien, il faut juste boire de l’eau car ce qui manque c’est de l’eau. Troisième allégation fausse.

Nous étions a tellement de bêtises en 1 minute que je me suis dit en fait c’est un gag, une espèce de caméra cachée pour faire réagir les néphrologues. J’ai tapoté hydratis dans mon moteur de recherche et là stupéfaction ça existe. Ce n’est pas une blague. Le site est du niveau du verbiage de son promoteur. Approximations et fautes d’orthographe se battent en duel.

J’apprends que la déshydratation est du à un défaut en électrolytes. On ne parle plus de déshydratation intracellulaire mais extracellulaire (à ma connaissance, il n’existe aucune étude en population générale qui détermine sa fréquence (vous vous souvenez les 75% de français…), pour la simple et bonne raison qu’il n’y pas de marqueur biologique simple). Ici on a un déficit en sodium, en pratique en sel de table ou en bicarbonate de sodium. Il suffit donc de manger salé ou de boire une eau riche en bicarbonate. Je m’attends ainsi à ce que la composition soit une eau de vichy like. Et là surprise.

Il y a du potassium, du magnésium, du manganèse, du zinc. Tous ces ions n’ont aucun rapport avec la déshydratation, mais vraiment strictement aucun rapport. Vous remarquerez qu’il n’y a sur le site à aucun moment le mot sodium écrit. Logique, on arrête pas de dire que nous mangeons trop de sel alors on enlève le mot alors que pour corriger la déshydratation extracellulaire c’est la seule chose qui fonctionne. Si vous regardez la composition en tout petit, vous verrez qu’il y en a en fait. J’ai trouvé la composition des comprimés sur un autre site marchand. Les approximations continuent on vous donne la composition pour 100 g sans vous dire combien pèse un comprimé, ni ce qui correspond à la dose recommandée de 2 comprimés dans 190 ml d’eau (j’aime cette précision de 190 ml). Ce qui est très mignon, c’est qu’on vous donne le sodium en g soit 2,2 et le reste en mg par exemple le potassium 5700 mg. Vous voyez le truc, personne ne regarde vraiment les unités. On se dit, ça va pas beaucoup de sel mais plein de potassium. Il aurait été moins porteur de mettre 2200 mg de sodium… De plus c’est plein de sucre 50g/100g. Ainsi, vous boirez surtout de l’eau sucrée. Si vous vous sentez mieux après avoir pris ce truc, c’est qu’on vous fait un petit boost glucidique et probablement pas autre chose.

Voilà, on peut dire que ce complément alimentaire est totalement inutile, si vous avez une alimentation normale. Il ne s’agit en aucun cas d’une solution de réhydratation. Il ne corrigera en rien une déshydratation si vous en avez une. Vous pouvez économiser votre argent en achetant de la grenadine pur le sucre et de la vichy pour le sel.

Il serait bien qu’un jour on parle sérieusement dans un média grand public d’eau et de sel, sans laisser la parole à des marchands de poudre de perlimpimpin…

Ce contenu a été publié dans Medecine, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à Hydratis ou l’attrape couillon

  1. nfkb dit :

    ah merci ! J’aime !

    Note sur le même sujet que les auditeurs de podcasts de sport se font sans arrêt laver la cervelle avec du pub du même genre.
    Néanmoins, petite réflexion sur le même terrain à propos de la mesure. J’ai une balance à impédancemétrie 4 points. Je pense que lorsque la balance me mesure une composition plus faible que d’habitude en eau genre 65% au lieu de 68%, je pense qu’il s’agit la plupart du temps d’une mesure de stock de glycogène diminué avec la flotte qui est associée. En tout cas je pense que les sportifs qui se trouvent très déshydratés en se pesant sur la balance oublient parfois cette notion et puis la « littérature sportive » nous dit que les grandes performances sont associées à une diminution du poids corporel au fil de la course (à pied)

    a pluche

    • papatangocharlie dit :

      @nfkb, pour quelqu’un qui se moque des gogos à podcasts, sachez que les balances à impédancemètre sont du même niveau qu’hydratis, soit ZERO/NUL. Renseignez-vous avant de mettre votre argent dans ces objets inutiles et non fiables (surtout). Même les labos à la pointe de la tech n’arrivent pas à mesurer correctement les taux de masses grasse/maigre, et ce même en conservant des conditions de mesure 100¨identiques.

  2. JIPS dit :

    « Le CEO de cette magnifique société dit que « si on a soif c’est trop tard, on est déshydraté ». Ceci est totalement faux. La soif apparaît avant que nous n’ayons une natrémie à 145 mmol/l donc avant d’être déshydraté.  »

    Merci d’un lecteur lambda, non néphrologue : si je comprends bien (et sauf pathologie particulière tels que des calculs) on peut faire confiance à sa soif pour boire, donc pas besoin de se stresser pour ça et d’avoir sa petite bouteille en permanence, du moment qu’on ne l’ignore pas quand elle apparaît. C’est bien cela ?

    D’aucuns, qui vendent lesdites petites bouteilles, auraient tendance, à force d’arguments analogues à ceux ci-dessus, à nous faire croire le contraire.

    • PUautomne dit :

      Vous avez tout compris. Il n’y a aucune raison d’anticiper sa soif et donc de se forcer à boire. Tous les outils sensés optimiser l’hydratation sont du bullshit.

      • A dit :

        C’est malheureusement une idée couramment admise. Je l’ai même vu enseignée à l’école pour un cours de cm1 pas plus tard que l’année scolaire dernière.

  3. Yann dit :

    Hello PU et merci pour ce retour!
    Pour les liens entre soif et hydratation, est-ce vrai aussi en dehors de la vie quotidienne, par exemple pour les sports d’endurance (marathon ou semi)? Quid des sujets âgés (j’ai appris qu’ils ressentaient moins la soif, est-ce vrai?)?

    • PUautomne dit :

      Pour les sports d’endurance, j’avais mis le lien vers la conférence de consensus sur le sujet, https://bjsm.bmj.com/content/49/22/1432 La principale recommandation est de suivre sa soif.
      Pour le sujet agé, sauf troubles neurologiques graves, même si la sensation de soif est diminuée, la pratique clinique montre que la soif est probablement encore le meilleur signal pour dire il faut boire. Dans quelques semaines, je reparlerai de la problématique de l’hypernatrémie et de sa prévention.

  4. Ping : Boire beaucoup d’eau protège-t-il les reins? | PerrUche en Automne

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.