Vandalisme en vitrine ou quand l’abstract est vérolé

J’aime toujours les kystes, même si ce n’est plus mon sujet de recherche, je lis avec plaisir des articles sur ce thème. La relation « kystes simples » et HTA est un problème qui m’intéresse. J’ai déjà écrit sur le sujet. Dans l’AOP de Kidney International, un article a retenu mon attention.

  1. Lee, Chih-Ting, Yi-Ching Yang, Jin-Shang Wu, Ying-Fang Chang, Ying-Hsiang Huang, Feng-Hwa Lu, et Chih-Jen Chang. « Multiple and Large Simple Renal Cysts Are Associated with Prehypertension and Hypertension ». Kidney International (2 juin 2013). doi:10.1038/ki.2012.481.

J’ai lu l’abstract, et patatras, une belle coquille d’emblée, en plus sur la définition d’un des critères majeurs de l’étude, le nombre et la taille des kystes simples (voir la figure plus bas). Je me suis précipité dans les Matériels et méthodes, où les données sont bien explicitées. C’est énervant, tu te poses forcément la question du sérieux du travail. Une coquille dans le texte, pourquoi pas, mais dans l’abstract quand même… L’abstract est la vitrine du papier, souvent la seule chose que le lecteur pressé lira. L’histoire devient encore plus amusante, quand vous regardez le délai entre la première soumission (décembre 2010) et l’acceptation de l’article (novembre 2012), presque deux ans. Je n’ai pu m’empêcher de me dire que pendant tout ce temps, un des auteurs ou un des multiples reviewers, car j’imagine bien le nombre d’aller retours qu’il y a du avoir, auraient pu, au moins une fois, se donner la peine de relire l’abstract tranquillement.

KI abstract pourri

Je retourne à cette studieuse lecture, après cet aparté bloguesque.

La leçon du jour: « Bien relire l’abstract avant que l’article ne soit publié ».

 

Ce contenu a été publié dans littérature, Médecine humeur, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Vandalisme en vitrine ou quand l’abstract est vérolé

  1. yann dit :

    Le temps entre la première soumission et la date de publi est peut-être l’explication de cette coquille: Plusieurs reviewers, plusieurs versions de l’articles, passées entre des mains multiples, chacun y va de ses commentaires et de ses corrections, la version soumise a des corrections surlignées et l’article ressemble à un sandwich avec de nombreuses couches rouges, vertes, etc…Et on ne réussit plus à relire le texte définitif entre les annotations multiples.

Laisser un commentaire