Pensée du jour alimentaire

12. Nous condamnons au plus grand malheur et declarons Fréres initiés ceux qui, par avarice et sauf cas de force majeure (auquel cas la loi ne s’applique pas), achètent au marché les denrées les moins chères, comme si un médecin, un pharmacien ou un infirmier à la maison toute l’année n’étaient pas plus chers pour soigner les conséquences d’une mauvaise nourriture; nous leur demandons de réformer leur comportement ou d’être punis par les curés et les croque-morts de leur paroisse à proportion du dommage causé par leur sottise.

Loi d’orientation générale, par Don Francisco de Quevedo Villegas, poète binoclard.

Ce contenu a été publié dans littérature, Médecine humeur, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire