Troponine et insuffisance rénale chronique

Cardiologues et néphrologues ont parfois du mal à se comprendre. Un des sujets de discussions les plus chauds est la signification de l’élévation de la troponine chez un patient avec une insuffisance rénale chronique. Combien de discussions sans fin et non satisfaisantes au sujet d’un patient qui voit sa troponine augmentée avec la certitude du néphrologue qu’il se passe quelques choses au niveau cardiaque et la réponse dédaigneuse du cardiologue, « c’est l’insuffisance rénale ». Quand on tape dans google: « troponin interpretation » en premier, sort ce papier. Où on retrouve parmi les causes d’augmentation de la troponine, l’insuffisance rénale. En passant, j’ai trouvé ce remarquable article et sa version abrégée sur l’interprétation de la troponine, que je conseille fortement de lire. Sinon, comme le montre cet article le fait d’avoir une troponine élevée chez un patient avec une altération du DFG est très prédictif d’une coronaropathie, ce type d’articles il y en a beaucoup.

Les insuffisants rénaux chroniques ont souvent une troponine élevée (on parlera ici de cTnT). Est ce que cette augmentation traduit un excès de la production, en pratique un problème cardiaque, ou une accumulation liée à un défaut d’élimination du fait de la réduction du DFG? L’option 2 est la chouchou des cardiologues surtout de garde, car elle permet une réponse rapide et stéréotypée. Je ne leur jette pas la pierre, car avec les augmentation de créatinine nous pouvons aussi être très laconique, pour ne pas dire peu agréable. Il n’empêche nous devons trancher.

Un groupe néerlandais vient de répondre de façon très élégante à la question. La cTnT a un rythme nycthéméral, elle augmente la nuit et diminue le jour. L’hypothèse des auteurs est: si au cours de l’insuffisance rénale, il y a un défaut d’élimination de la troponine, le rythme nycthéméral devrait s’estomper. Par contre, si il y a bien une augmentation de production, le rythme nycthéméral devrait être superposable à celui de sujet sans IRC.

Les auteurs ont mesuré la troponine (cTnT) toutes les heures pendant 24 heures, chez 44 personnes: 20 contrôles (16 hommes, 4 femmes; DFGe médian: 82.8 mL·min−1·1.73 m−2 [68.0–92.7 mL·min−1·1.73 m−2]) et 24 personnes avec une altération de la fonction rénale (DFGe <60 mL·min−1·1.73 m−2; 17 hommes, 7 femmes; DFGe médian: 18.3 mL·min−1·1.73 m−2 [14.2–32.2 mL·min−1·1.73 m−2]). Ils ont utilisé un modèle mathématique, pour prédire ce que devrait être la modification du rythme en cas de défaut d’élimination de 80%. Ils ont comparé, le rythme circadien des contrôles, du modèle IRC et la réalité des IRC.

La troponine est plus haute chez les patients avec une altération du DFG, concentration médiane de 20.5 ng/L [18.0–24.6 ng/L] contre 14.1 ng/L [10.4–20.6 ng/L], p<0,009.

La figure de l’article se passe de toute explication.

Le rythme circadien n’est pas modifié par la baisse du DFG. Contrôles et insuffisant rénaux ont la même courbe. Il est ainsi possible de conclure que l’augmentation de la cTnT observée au cours de l’insuffisance rénale chronique n’est pas du à un défaut d’élimination de la troponine mais à une augmentation de sa production.

Les patients avec une maladie rénale chronique sont à haut risque cardiovasculaire. L’augmentation de la troponine doit donc être interprétée à la vue de ce risque. Elle ne traduit pas forcément une coronaropathie, mais suggère une atteinte cardiaque. Il ne faut pas les négliger, surtout si l’augmentation est brutale et importante…

Un papier à garder par tous les néphrologues faisant des gardes et astreintes pour discuter tranquillement avec nos amis cardiologues, indispensables à la prise en charge de nos patients qui présentent si souvent des problèmes cardiovasculaires.

Je vous parlerai, peut être, un jour de l’anticoagulation des fibrillations auriculaires chez les patients avec une MRC stade 5, autre sujet particulièrement complexe et sujet à débat entre néphrologues et cardiologues.

En attendant, ami cardiologue plus jamais tu ne diras: « c’est l’insuffisance rénale » devant une augmentation de la troponine.

Publié dans Medecine, Néphrologie, Non classé | Marqué avec , , , | Un commentaire

Baclofene et insuffisance rénale chronique

Au début de l’utilisation du baclofene dans son indication addiction à l’alcool, ma sœur m’avait posé la question de son usage pour un de ses patients avec une insuffisance rénale chronique relativement sévère, je ne me souviens plus du DFG exact. J’avais un peu regardé la littérature et je lui avais déconseillé de le prescrire chez des patients avec une insuffisance rénale surtout à fortes doses. Depuis nous n’en avons pas reparlé.

Cet été, l’utilisation du baclofène a fait  polémique après qu’une étude de l’ANSM mette en évidence une augmentation de la mortalité avec l’utilisation de fortes doses. Les règles de l’ATU ont été revues et la posologie maximale est de 80 mg/jour. Il est intéressant de  noter que dans le protocole d’ATU, le médicament n’est contre indiqué qu’en cas d’insuffisance rénale terminale et qu’il n’y a pas d’adaptation de doses tenant compte de la fonction rénale initiale. Heureusement, ICAR avait pensé au pauvre néphrologue et avait suggéré une adaptation de doses. Nous sommes très loin des méga-posologies proposées…

Un article récent d’AJKD PIIS0272638617308466 lance l’alerte sur l’utilisation au cours de l’insuffisance rénale chronique . Il commence par l’histoire d’un patient hémodialysé chronique qui avec de faibles doses fait une magnifique intoxication. Heureusement la molécule est facilement épurée par la dialyse, ce qui permet le réveil de ce brave homme. Les auteurs font une revue exhaustive de la littérature, qu’on peut résumer avec la teaching box.

  1. Pharmacocinétique: Biodisponibilité orale de 70 à 80%, Demie-vie de 3 à 6 heures avec une fonction rénale normale (DFG>90 ml/mn/1,73 m2), métabolisation hépatique de 15% de la dose, élimination rénale sous forme inchangée de 80% de la dose
  2. Un ajustement de dose est nécessaire même en cas d’altération légère de la fonction rénale
  3. La dialyse peut être utilisé avec succès en cas d’intoxication et d’altération de la fonction rénale

Il propose une politique d’ajustement (Débit de filtration glomérulaire estimé avec CKD-Epi)

  1. DFGe de 60 à 90 ml/mn/1,73m2: réduction de un tiers de la dose soit 5 mg/12h
  2. DFGe de 30 à 59 ml/mn/1,73m2: réduction de moitié de la dose soit 2,5 mg/8h et surveillance régulière de l’état neurologique
  3. DFGe inférieur à 30 ml/mn/1,73m2: ne pas utiliser le baclofene

La toxicité du baclofene est dose dépendante. Comme la molécule est largement éliminée par le rein, il est logique que l’intoxication se voit dans la population des patients avec une altération de la fonction rénale. Il me parait indispensable d’évaluer la fonction rénale des patients qui seront mis sous baclofene. La survenue d’une insuffisance rénale aigüe peut aussi modifier la pharmacocinétique de la molécule. Pensez à évaluer la fonction rénale lors de moments à risque comme une gastro-entérite qui dure un peu me parait une bonne idée. La lecture de l’article ne donne pas vraiment envie d’utiliser ce médicament chez les patients avec une insuffisance rénale. Si vous avez malgré tout envie pensez à rechercher les signes d’intoxication surtout lors de l’augmentation de doses:

  1. Neurologiques: une somnolence, des vertiges, des céphalées, une insomnie, une euphorie, une confusion mentale, des hallucinations, un coma profond et un abaissement du seuil épileptogène
  2. Respiratoires: une dépression respiratoire, une apnée,
  3. Cardiaques: des troubles de la conduction type bloc auriculo-ventriculaire, une augmentation de l’intervalle QT, des troubles du rythme.

J’en profite pour vous rappeler que le rein est un des rares organes à ne pas supporter une toxicité de l’alcool.

Pour conclure, si l’alcool est à consommer avec modération chez tous, le baclofene est à consommer avec modération chez les personnes avec une altération de la fonction rénale.

 

Publié dans Medecine, Néphrologie | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

Quand détecter un cancer supplémentaire coute plus de 6 millions de dollars

La découverte d’une hématurie microscopique est un événement banal. Elle nécessite de réaliser un bilan pour identifier une cause. Avant de se jeter sur des examens paracliniques, il est raisonnable de s’assurer de la réalité de sa présence. Il faut se lancer dans un bilan quand au moins deux ou trois examens cytobactériologique des urines retrouvent l’hématurie microscopique (la bandelette urinaire positive ne suffit pas). Le bilan comporte une partie néphrologique (prise de la TA, examen clinique, protéinurie, évaluation du DFG) et une partie urologique. La partie urologique est celle qui intéresse tout le monde, l’idée étant de trouver un cancer présymptomatique et de préférence pas trop gros. Je vous rappelle en passant qu’aucune société savante ne conseille la réalisation de la recherche d’hématurie microscopique pour faire du dépistage de cancers urologiques. Ceci est totalement inutile, au moins une étude le montre de façon convaincante.

Comment faire pour identifier cet événement rare (0 à 10%) qui est une tumeur urologique chez un patient présentant une hématurie microscopique ?

La société américaine d’urologie conseille la réalisation d’une cystoscopie et d’un scanner après 35 ans. Une équipe nord-américaine 01714638-201706000-00012 s’est intéressé à l’intérêt de quatre stratégies (scanner seul (CT alone), cystoscopie seule, échographie et cystoscopie (renal ultrasound and cystoscopy) et scanner et cystoscopie) devant une hématurie microscopique asymptomatique. Ils ont réalisé une modélisation avec les données de la littérature. Les résultats sont simples.

Un scanner seul identifiera 221 cancers contre aucun si pas d’évaluation pour un cout de 9,3 millions de dollars, la cystoscopie seule identifiera 222 cancers pour un cout de 2,2 millions de dollars, l’association cysto-écho détecte 245 cancers pour un cout de 3,5 millions de dollars et l’association cysto-scanner détecte 246 cancers pour un cout de 11,5 millions de dollars. Le fait de remplacer l’échographie par le scanner ne permet de détecter qu’un seul cancer de plus. Ce cancer détecter en plus quand on évalue 10000 patients coute 6,5 millions de dollars. Si on extrapole à la population américaine dans son ensemble, la réalisation du scanner comparé à l’échographie coute 390 millions de dollars par an en plus.

Je sais que Jean-Marie ne sera pas d’accord avec moi, mais il me parait plus que raisonnable de ne réaliser qu’une échographie et une cystoscopie. La réalisation d’un scanner sur le plan médical et économique ne parait vraiment pas justifié. Vous me direz que si vous êtes celui qui n’a pas son cancer dépisté par mesure d’économie, vous ne serez pas content. Je vous rétorquerai qu’aucune étude n’a montré que ces stratégies, explorer une hématurie micro asymptomatique à la recherche d’un cancer, comparer à ne rien faire ait montré un bénéfice pour le patient en terme de survie.

Ce travail n’est qu’un travail de simulation mais il est très important. Je ne prescrirai plus de scanner systématique pour mes patients avec une hématurie microscopique. La combinaison échographie-cystoscopie est la plus raisonnable, en plus elle évite les incidentalomes scanographiques et l’irradiation.

Less is more…

Publié dans Néphrologie | Marqué avec , , , , | Un commentaire

Hyponatrémie et diurétiques thiazidiques

Les diurétiques thiazidiques sont parmi les médicaments les plus prescrits du fait de leur efficacité dans le traitement de l’hypertension artérielle. Ils devraient être le traitement de première intention de l’HTA. Ils inhibent un cotransporteur Na-Cl (NCC-SLC12A3) dans le tubule distal. La prise de thiazidiques peut se compliquer d’une hyponatrémie. C’est un problème dont la fréquence est mal connue, de 4 à 30% des patients sous ces molécules. Les thiazidiques augmentent le risque d’hyponatrémie d’un facteur 5. Ils n’augmentent pas la mortalité. Le nombre de patients à traiter pendant 5 ans pour voir une hyponatrémie est de 15 (1-s2.0-S000293431100636X-main). La présentation clinique est celle d’une hyponatrémie ressemblant à un SIADH survenant autour du 19é jours après la prescription (Barber_et_al-2015-British_Journal_of_Clinical_Pharmacology). Il s’agit le plus souvent de femmes âgées. Les patients sont euvolémiques avec des stigmates d’une expansion du secteur extracellulaire (créatiniémie et uricémie diminuée et une natriurèse supérieure à 20). Il est difficile de prédire qui va présenter une hyponatrémie induite par les thiazidiques. Une susceptibilité génétique est depuis longtemps envisagée. La physiopathologie de cette hyponatrémie reste un petit mystère. Ce qui est acquis est que les thiazidiques diminuent la capacité de dilution des urines en limitant la réabsorption du NaCl au niveau du tubule distal (segment de dilution des urines), limite l’élimination d’eau libre et que ce phénomène est indépendant de l’ADH avec une augmentation de la perméabilité du collecteur à l’eau. Il existe aussi une polydipsie (frenkel2015). Est-il possible d’identifier les patient(e)s à risque de développer une hyponatrémie après la mise sous thiazidiques ?

Un intéressant article publié dans le JCI essaye de répondre à cette question.

Le travail repose sur l’étude de deux cohortes de patients avec une hyponatrémie induite par les thiazidiques et leurs contrôles. Dans la cohorte 1, les cas sont au nombre de 48 contre 80 patients prenant des thiazidiques sans hyponatrémie, dans la cohorte 2, les cas sont 109, avec 106 contrôles sous thiazidique, les cas sont revus 2 mois après l’arrêt des thiazidiques et comparés à 60 personnes normonatrémiques sans thiazidiques. Il s’agit majoritairement de femmes de plus de 70 ans. Le thiazidique utilisé est dans plus de 70% des cas le bendroflumethiazide.

Au moment de l’hyponatrémie les patients hyponatrémiques ont un potassium, une TA, une glycémie, une chlorémie, une magnésémie, une calcémie plus basse que les normonatrémiques (je vous rassure les valeurs moyennes sont normales). Le zinc et la vitamine D sont aussi plus basses. Dans les urines, le volume et l’osmolalité sont plus basses dans le groupe hyponatrémie que normonatrémie mais franchement inadaptée pour l’osmolairté. Il y a une réduction de la FE du potassium et du phosphore, enfin l’urée urinaire par 24h est franchement diminuée chez les hyponatrémiques.

Après arrêt des thiazidiques tout se corrigent sauf l’hypochlorémie qui persiste (99mmol+/-0,4/l) et le zinc qui reste bas. La natrémie est à 137 contre 139 pour les controles… Les patients avec une hyonatrémie ont une plus grande capacité de réabsorption de l’eau sous thiazidique que ceux qui n’ont pas d’hyponatrémie. La réponse rénale à l’hyponatrémie est profondément inadaptée chez ces patients. De façon très intéressante les auteurs confirment l’expansion volémique chez ces patients hyponatrémiques sous thiazidiques avec une clairance de l’acide urique plus importante et qui se normalise après arrêt du thiazidique (panel A de la figure). Ils confirment aussi la baisse de l’ADH et plus intéressant cette dernière ne se corrige pas avec la correction de la natrémie.

Phenotypic characteristics of TIH cases and controls and in vitro activi...

Les auteurs réalisent ensuite un GWAS pour identifier les locus de susceptibilité pour présenter une hyponatrémie induite par les thiazidiques. Ils identifient 14 régions et se concentrent sur un SNP dans le gène SLCO2A1. Ils reséquencent le gène chez les porteurs de SNP et identifient un variant codant, en déséquilibre de liaison avec le SNP intronique, p.A396T. 54% des cas de la cohorte 1 portent au moins un allèle anormal contre 25% des contrôles. Ils répliquent ce résultat dans la cohorte 2. Le transporteur de protanglandines codé par SLCO2A1 colocalise avec l’aquaporine 2 dans le tubule collecteur. Les patients avec une hyponatrémie et le variant 396T ont des taux de prostaglandines urinaires (PGE2) plus importants que les autres et que ceci se corrige en partie avec le disparition de l’hyponatrémie. Le variant T pourrait avoir une capacité de transport (présence à la membrane) réduite des PG expliquant la concentration augmentée dans les urines.
Cet article propose comme gène de susceptibilité un variant de SLCO2A1, il ne s’agit que de susceptibilité et d’autres phénomènes génétiques, hormonaux (majorité de femmes) ou environnementaux participent à l’apparition d’une hyponatrémie après prise de thiazidiques. Seulement la moitié des patients hypoNa présentent le variant et 25% des normoNa. Ceci n’explique pas tout, mais nous rappelle le rôle de PGE2 et de son récepteur EP4 dans la réabsorption de l’eau. La stimulation de EP4R dans le TC favorise l’insertion de l’Aqp2 au pole apical et ainsi la réabsorption de l’eau et le développement d’une hyponatrémie. Le défaut d’expression du transporteur des PG secondaire à la mutation de SLCO2A1 entrainerait une accumulation de PGE2 dans les urines activant EP4R.

Hypothesis for the role of SLCO2A1 in contributing to TIH in individuals...

Ce travail est remarquable. Il décrit de façon précise le phénotype de l’hyponatrémie secondaire aux thiazidiques et propose une piste pour la comprendre. Je ne suis pas complétement convaincu par leur variant. J’espère qu’il y aura d’autres travaux plus expérimentaux qui viendront conforter l’hypothèse. Il est un peu tôt pour proposer de la pharmacogénomique pour prévenir l’hyponatrémie induite par les thiazidiques. Par contre, je surveillerai de façon rapprochée les patientes mises sous thiazidiques avec des chlorémies inférieures à 100 mmol/l. Il serait très intéressant de voir si de façon prospective la chlorémie pourrait être proposée comme facteur prédictif de l’apparition d’une hyponatrémie.
De façon provocante, peut être faut il en plus de la restriction hydrique, donner des AINS à ces patients… L’avenir nous le dira.

En attendant, quand vous introduisez un diurétique thiazidique chez un patient pensez à vérifier la natrémie et arrêter le thiazidique en cas d’hyponatrémie. C’est simple la médecine.

Publié dans Non classé | Marqué avec , , , , , | 2 commentaires

La néphrologie mène à tout, pourvu qu’on ne fasse pas que ça…

Les néphrologues sont des gens curieux avec du talent.
Un de mes camarades de jeu néphrologique qui est un excellent pianiste participe au concours amateur de France Musique. Pour le soutenir, je mets en ligne sa vidéo. Pour l’aider, si son interprétation (excellente) vous plait, aller aimer la vidéo sur youtube.

Merci à lui pour ce joli moment musical et à vous pour vos likes.

Publié dans musique, Néphrologie | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Grande Traversée « Bruce Springsteen »

France Culture a une programmation intéressante l’été, en particulier avec les grandes traversées. Vous avez 10h d’émissions sur un sujet par un journaliste qui le connait toujours bien. J’adore ces émissions. En 10h, le sillon a le temps d’être creuser. Nous sommes bien loin des 140 caractères et des batailles sur Twitter, avec leurs réflexions à l’emporte pièce et souvent pas très futées. Je confesse avoir un peu abandonné. J’ai l’impression d’avoir raison. Vous me demanderez comment on fait pour écouter 10 heures d’émissions radiophoniques, et bien on prend le temps, c’est ça le plus important, prendre le temps et on trouve toujours. Il y a les vacances aussi. Quand on arrive pas à se caler sur un rythme de vacances et qu’on continue à se lever tôt, c’est plus simple.

J’ai écouté une des meilleures émissions qu’il m’ait été donné d’écouter. Le sujet Bruce Springsteen, le Boss par Judith Perrignon. Je vois certains déjà froncer le nez, ce bouseux, ce nationaliste américain, ce rocker sans subtilité, comment cet amateur de jazz peut trouver cette musique audible. J’aime Bruce Springsteen. J’aime sa musique, ses chansons, le personnage depuis longtemps. J’ai toujours eu un peu honte de cet amour. Je fais mon coming out. J’aime l’énergie et la fragilité de cet homme. Ses chansons sont des nouvelles. C’est un Carver musical. Ces 5 émissions sont remarquables, traçant le portrait de ce perfectionniste, de ce stakhanoviste de la musique d’une façon subtile, en petites touches, avec des témoignages, des lectures de son autobiographie et sa musique. La journaliste est une fan et ne s’en cache pas. C’est un portrait en creux. Un portrait sans interview de l’intéressé mais il a tellement dit qu’il n’y a probablement plus de questions à lui poser, quoique… L’approche en creux du personnage est passionnante. La fidélité de cet homme à ses racines, son courage pour parler de sa maladie dépressive, son engagement politico-social, ses failles, sa capacité à se nourrir des autres pour raconter leurs histoires qui touchent à l’universel, sinon comment comprendre le succès planétaire de ce rock’n roll hero.

Ces dix heures d’émissions sont passionnantes, elles en disent plus sur les états-unis, la raison du succès de Trump que des centaines d’heures d’analyse politique. L’art et les artistes nous éclairent sur la réalité du monde. Cette grande traversée doit être partagée. Merci à France Culture et à Judith Perrignon pour ces heures qui auront largement contribué au plaisir de mes vacances.

« Est-ce qu’un rêve est un mensonge s’il ne se réalise pas? »

Pour illustrer son charisme incroyable, cette chanson, et non ce n’est pas Patti Smith qui l’a écrite.

Publié dans musique | Marqué avec , , , , , , | 2 commentaires

Faire un diagnostic? La clinique, encore et toujours

J’aime pas les QCMs, je le dis, je le répète et personne n’arrivera à me convaincre de l’intérêt de ce mode de contrôle des connaissances si ce n’est la simplicité pour le correcteur. La médecine s’apprend dans un dialogue entre savoir livresque et son application au lit du malade. Certains rêvent d’une médecine sans clinique, où une prise de sang et une IRM amèneraient au diagnostic sans erreur, le tout servi bien évidement par l’intelligence artificielle. Cet age arrivera peut-être. Il n’empêche que pour l’instant le diagnostic commence par l’interrogatoire qui bien souvent suffit. Sans la puissance de l’interrogatoire, nous ne pourrions pas donner d’avis téléphonique pertinents.

Je suis convaincu de l’importance d’un bonne apprentissage de l’examen clinique et en particulier de l’histoire de la maladie. Construire une belle histoire de la maladie demande de l’expérience, bien souvent dès cette étape le diagnostic est fait ou fortement suspecté, le reste viendra souvent conforter cette hypothèse. Dans notre monde bâti sur la recherche de preuves, ce bon sens parait totalement ringard pour ne pas dire désuet. Quand certains me disent: « est ce finalement si important qu’un étudiant en médecine apprenne l’examen clinique, donne moi des preuves. » Je suis un peu démuni.

Heureusement la lecture de Prescrire du mois, m’a fait découvrir un article excellent démontrant que la clinique est la source principale de diagnostic. Une équipe israélienne a recruté 442 patients rentrant par les urgences dans un service de médecine interne. Ils sont franchement malades et pas tout jeune (66,9 ans). Dans les 24 heures suivants l’admission, ils sont examinés par un interne en fin de cursus et un médecin expérimenté successivement, qui vont porter un diagnostic avec les éléments à sa disposition, en pratique l’examen clinique, de la biologie de base et la radiologie faite aux urgences. Le diagnostic est noté et mis dans une enveloppe cachetée. Il est aussi noté les éléments qui ont permis de faire le diagnostic, histoire de la maladie, examen clinique, biologie, autres paracliniques ou une combinaison. En moyenne après deux mois de suivi le diagnostic final est recueilli et comparé au diagnostic initial. Un interne examine un patient en 40 minutes contre moins de 25 minutes pour un sénior.

Les internes font le bon diagnostic dans 80,1% des cas contre 84,4% pour les séniors. Le bon diagnostic est concordant dans 73% des cas et mauvais de façon concordante dans 9,5%. La modalité diagnostique est présentée dans le tableau suivant.

L’histoire de la maladie est essentielle, seule elle permet le diagnostic dans 19% des cas, avec l’examen clinique on arrive à presque 60% des cas et si on ajoute de la biologie on arrive à plus de 90% des cas. Vous noterez que l’examen clinique seul est très peu rentable, et oui il faut parler au patient. La biologie seule aussi est très médiocre et la tant aimé radiologie n’apporte un diagnostic que dans 6% des cas.

Nous pouvons conclure sans nous tromper qu’en médecine interne post-urgence la clinique est la base du diagnostic. J’aimerai bien réaliser un travail de ce genre dans ma spécialité.

J’aime beaucoup cet article qui montre l’importance de la clinique pour arriver au diagnostic. En terme de formation ceci implique que l’enseignement de l’examen clinique, en particulier le recueil d’une bonne histoire de la maladie, est essentielle. Malheureusement l’ECNi n’évaluera jamais les compétences cliniques des étudiants, je trouve ça bien dommage quand on voit son importance dans la vraie vie du médecin.

Nous pourrons faire toute la docimologie hyper pointue que nous voulons, le seul juge de paix reste le lit du patient. Un bon médecin est un bon clinicien, du moins un écouteur et un poseur de questions sagace. Je garde cet article bien au chaud. Apprendre à interroger et à écouter les réponses demande du temps. Mon seul conseil à un étudiant en médecine voulant progresser:

« Bouffer du patient. »

Une petite chanson pour la route par Michael Wollny (piano) et Wolfgang Haffner (drums), un peu de virtuosité ça ne peut pas faire de mal.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Publié dans Medecine, Médecine humeur | Marqué avec , , , | 5 commentaires

Un peu de schizophrénie virtuelle

Je blogue depuis toujours comme un anonyme. La situation a changé après cette note (mdp:fermeture). Mon anonymat était avant ça assez facile à lever, surtout pour les gens qui me fréquentent un peu. Je ne pense pas être très différent ici et dans la vie réelle. Il me semblait que ma curiosité, parfois mon coté professorale voir ma suffisance pouvaient transparaitre dans les notes. Je suis comme ça dans la vie. J’ai parfois tendance à prendre  systématiquement mes interlocuteurs pour des étudiants à qui je devrais exposer mes idées géniales, souvent des lieux communs recyclés et servis avec un peu de conviction.

Un interne, il n’y a pas longtemps m’a dit qu’il trouvait un blog de néphrologue intéressant, « perruche en automne ». Il lui avait appris des petites choses et fait découvrir quelques livres. J’écoute, assez content, toujours valorisant d’entendre du bon sur soi. Il me demande si je connais le blog, je lui réponds: « oui un peu » et du coup si je connais le mec qui écrit. Là, j’ai un blanc et un moment de doute sur ma réponse.

Assez surprenant de se retrouver dans la position de l’auteur qu’on ne reconnait pas. Je suis pris par l’envie de le faire plus parler, il n’est pas fréquent d’avoir en face de soi un lecteur qui ne connait pas ton statut de rédacteur. Je ne sais pas quoi faire, lui dire que c’est moi, dire non je sais pas. Je lui demande si il n’a pas d’idée. Il me répond que non. Je lui demande comment il l’imagine. Il me décrit un jeune PU-PH, brillant, curieux de tout, de 10 ans plus jeune que moi, empathique, cool avec les gens, avec une envie de transmettre sans esbroufe et sans en rajouter et là, dans un moment de jolie naïveté ou d’ingénuité, il ajoute: « pas comme vous ».

Je me prends une jolie beigne dans la gueule. En gros, il vient de me balancer que je suis bien différent dans la vie et sur ce blog. De mec plutôt cool dans le virtuel (il n’avait pas du lire ces notes sur mon coté mandarinale), je suis pour lui en gros et en caricaturant à peine, un vieux con. Je suis un peu vexé. Je me rends surtout compte de combien je me suis livré ici et combien dans le travail je renvoie une image de blaireau pas très fin. En cinq minutes, j’ai pris 10 ans dans les dents et un retour pas très chouette sur mon comportement. Ça calme et ça oblige à se poser quelques questions sur soi.

Je renvoie probablement une image trop positive de moi ici, bien que je n’hésite pas parfois à frotter, voir carrément à être un sale troll. J’en fait peut être parfois un peu trop dans mon image de prof un peu désagréable et con. Je devrais probablement réduire la voilure. J’ai du mal, je le reconnais bien volontiers. En tout cas cette conversation m’a beaucoup apporté. Comme tout bon PU-PH égocentrique, parler de moi en bien ou en mal, ce n’est pas grave pourvu qu’on parle de moi.

Cette expérience montre que si on ne veut pas savoir qui se cache derrière ce volatile, c’est tout à fait possible.

Finalement, qu’elle fut mon attitude, lever de l’anonymat ou ais je laissé ce gentil garçon avec son image un peu idéal de l’auteur de ces lignes? Je vous laisse deviner. Ça faisait longtemps que je n’avais pas proposer de petit jeu.

En passant pour les amateurs de Jazz, un petit conseil d’écoute, le dernier album d’Ambrose Akinmusire, « A Rift in Decorum ». C’est un trompettiste franchement intéressant, avec une palette de jeu étonnante et un vrai talent dans les compositions. Un très bon live au village Vanguard.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Publié dans Blog | Marqué avec , , | 6 commentaires

ECNi 2017, rien n’a changé

Au lendemain de la fin des ECNi 2017, décalée d’une journée, en raison de l’obligation de faire repasser deux blocs de six dossiers aux étudiants en raison de petits soucis dans le choix de deux dossiers soumis aux étudiants, j’avais envie de faire une petite note.

Comme je fais parti de la caste des quiches,

j’ai eu un comportement de quiches. Dans le cas particulier une quiche est un PU-PH qui soumet pour être intégré dans la banque de dossier, un dossier qu’il a déjà posé à ses étudiants. Une pratique vieille comme l’ECN ou l’internat. En 1993, un dossier avait été annulé pour cette raison, officiellement car il était hors sujet, en fait il avait déjà été posé et accessible dans certaines annales, il s’agissait d’une cryoglobulinémie. J’ai beaucoup regretté son annulation. Quand nous avions une épreuve de QCM, il n’était pas rare de retrouver des QCM tout droit sorties des annales. Ce n’était pas très grave car tout le monde bossait sur les mêmes annales.

Ici, le sujet est plus problématique car ce brave enseignant n’avait pas rendu son sujet accessible à tous les étudiants de France et de Navarre mais uniquement à ceux de sa faculté. Ce problème ne se poserait pas si tous les dossiers d’entrainement déposés dans feu SIDES étaient accessibles à tous les étudiants sans distinction. La deuxième épreuve a été annulée en raison de la présence d’un dossier déjà posé à un ECN blanc en 2016. Là aussi si il y avait un dépôt des sujets déjà posés dans une base accessible à tous, ce genre de gags ne surviendrait pas.

Revenons à mon comportement de quiche, c’est celui d’un grand fainéant qui ne s’est pas cassé la tête en soumettant à la banque nationale de questions. D’ailleurs comment c’est géré cette banque nationale? Il faut voir le texte fondateur de l’ECNi.

ANNEXE
GESTION DE LA BANQUE NATIONALE DE QUESTIONS TIRAGE AU SORT DES DOSSIERS – RÉDACTION DES QUESTIONS

Conformément à l’arrêté du 25 septembre 2008, une banque nationale de questions des épreuves classantes nationales est constituée par le conseil scientifique en médecine placé auprès du ministère en charge de l’enseignement supérieur. Cette banque nationale de questions comprend des dossiers cliniques progressifs, des questions isolées à choix multiple rédigées à partir des 11 unités d’enseignement transdisciplinaires et des 362 items définis au III de l’arrêté du 8 avril 2013 susvisé et des articles scientifiques.
La constitution de cette banque nationale est assurée par les membres du conseil scientifique en médecine qui élaborent les questions des ECN, en faisant appel, en tant que de besoin, à des experts dont les compétences couvrent le programme mentionné au précédent alinéa.
Chaque année, le président du conseil scientifique en médecine fait tirer au sort :

– dix-huit dossiers progressifs cliniques ainsi qu’au moins douze dossiers de réserve ;
– cent vingt questions isolées et cent-vingt questions de réserve ;
– les deux sujets correspondant à l’épreuve de lecture critique de deux articles scientifiques et de deux sujets de réserve.

La banque est constitué par le conseil scientifique en médecine, mais qui est le conseil scientifique en médecine? Car finalement ceux sont eux les responsables du fiasco, car ils créent la base de données des sujets et doivent vérifier la pertinence des sujets tirés au sort. La responsabilité de ce jour supplémentaire repose sur son président, le pauvre. La composition de ce conseil est donné là.

– Pierre Ambrosi, professeur des universités-praticien hospitalier à l’université Aix-Marseille-II
– Philippe Chaffanjon, professeur des universités-praticien hospitalier à l’université de Grenoble
– Didier Dreyfuss, professeur des universités-praticien hospitalier à l’université Paris-VII
– Damien Jolly, professeur des universités-praticien hospitalier à l’université de Reims
– Claire Le Jeunne, professeure des universités-praticien hospitalier à l’université Paris-V
– Gérard Lorette, professeur des universités-praticien hospitalier à l’université de Tours
– Laurent Obert, professeur des université-praticien hospitalier à l’université de Besançon
– Jean-Michel Rogez, professeur des université-praticien hospitalier à l’université de Nantes

Il y a eu un changement en 2013.

Jean-Paul Romanet, professeur des universités-praticien hospitalier à l’université de Grenoble, est nommé membre du conseil scientifique en médecine, à compter du 29 août 2013, en remplacement du professeur Jean-Michel Rogez

Les membres sont nommés pour 4 ans. Je n’ai pas trouvé de nouvelle liste, juste une prorogation jusqu’en janvier 2017. Ce qui veux dire sous réserve, du fait que j’ai peut être raté un texte, que la composition est la même depuis 2012 et ceci de façon illégale car la prorogation ne va que jusqu’en janvier 2017. Si vous avez d’autres références je suis preneur. Si ceci se confirme, de la responsabilité du conseil scientifique on passe à celle du ministère. La chaine de responsabilité devient très intéressante…

Revenons à mes moutons, comme une bonne quiche de PU-PH fainéant, je me souvenais vaguement avoir écrit une note sur le fiasco des ECN 2011, et oui déjà, tous le monde avait juré plus jamais ça… Je suis allé la relire. J’ai bien fait. Je n’ai rien à ajouter de plus 6 ans plus tard, à mon grand désespoir.

Je le redis encore une fois, cet échec est un un échec collectif de la communauté hospitalo-universitaire française. Nous portons tous une part de responsabilité par notre engagement insuffisant dans l’enseignement et dans la rédaction des sujets. Je bats bien volontiers ma coulpe. Je n’ai rien déposé dans SIDES comme dossiers progressifs. Si on me demande dans les conditions actuelles de faire des dossiers pour la base nationale, je refuserai. Je n’aime pas les QCMs, je n’aime pas cette vision dichotomique de la vérité médicale, vrai/faux alors que le raisonnement est plus complexe. On pourra me dire ce que l’on veut mais pour être d’une génération qui a bouffé du QCMs, je ne crois pas que le modelage de l’apprentissage pour y répondre soit d’une grande utilité pratique au lit du malade. Je ne demande qu’à être convaincu de la pertinence de ce modèle docimologique, mais avec des données, pas des raisonnements fumeux. Je vous rappelle cette petite note sur une éventuelle corrélation compétence clinique/classement à l’ECN.

Encore une fois, collectivement, nous devons revoir l’accès au 3é cycle des études médicales, le sens d’une usine à gaz qui n’évalue jamais les compétences cliniques. Les propositions faites par la conférence des doyens me parait une bonne base de travail.

A titre personnel, je présent mes excuses aux étudiants de DFASM3 qui ont du composer une journée de plus. J’espère que ceci ne se reproduira plus.

Publié dans Médecine humeur | Marqué avec , , , , , , , | 10 commentaires

Faut il interdire le profit dans l’industrie médicale?

Un lecteur et un blogueur, je les en remercie, m’ont envoyé un lien vers une très intéressante émission sur la dialyse aux USA. Je vous conseille de la regarder.

C’est pas mal fait et ça soulève la question générale du rapport cout/efficacité de la médecine aux USA et probablement dans tous les pays.
La situation décrite est réaliste. Il est vrai que le boss de DaVita parait assez ridicule. Le problème est de transformer le soin en marchandise et ensuite en bénéfice pour verser des dividendes à des actionnaires. Pas de médecins, une seule infirmière dans la structure, un gâchis sur les médicaments etc. La tentation de ralentir l’accès à la transplantation est aussi abordée.
Je ne peux que conseiller à la nouvelle ministre et à ces conseillers de regarder cette émission quand ils voudront réformer la dialyse en France en particulier en diminuant les exigences en terme de densité de soignants dans les unités, pour répondre à quelques lobbyistes qui se rêvent en mousquetaire.
Je trouve intéressant d’avoir bien visé le « for profit healthcare », ce qui évite ce qui est actuellement fait en France de mettre tout le monde dans le même sac. La dialyse en France est de qualité et elle évite dans la majorité des cas les écueils décrits dans l’émission. La situation n’est pas idéale, mais franchement la qualité du soin est au rendez vous dans l’immense majorité des structures quelques soient le type de financement. Nous devons pour maintenir ce niveau rester vigilant sur le réglementaire. La dialyse n’est pas un Taco Bell.

Nous avons des progrès à faire dans l’accessibilité à la transplantation, bien sur.
Je finirai sur ce point. La transplantation est le meilleur traitement de la maladie rénale stade 5. Il n’y a pas de doute. Ceci essentiellement car les receveurs ont été bien choisis, bien évalués et que longtemps les donneurs ont été aussi bien choisis. La pression a ouvrir les portes de la technique à des patients de plus en plus âgés, des patients de plus en plus comorbides modifient un peu cet état de fait. C’est ce que nous apprend cet important article qui compare la survie des patients de plus de 65 ans recevant des transplants aussi âgés. Les résultats importants tiennent en ces deux figures.

Et oui la transplantation n’améliore pas la survie dans ce groupe de patients. Ceci est juste pour remettre un peu de complexité dans l’histoire qui me parait présentait de façon trop simple.

Enfin, j’ai trouvé deux Gifs qui a mon avis résume bien le problème de la santé aux USA. Ils viennent de cet article.

Il faut faire donc toujours très attention quand on compare les procédures médicales aux USA et en France.

Publié dans Néphrologie, Non classé | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire