Fausse créatininémie et IgM

Les dosages biologiques comme ils sont rendus sous forme de chiffres sont toujours crus et rarement analysés avec tout l’esprit critique nécessaire. Nous avons une croyance aveugle en les chiffres. Il suffit de voir comme toutes valeurs de sondage est prise pour argent content, comment le moindre chiffre est utilisé pour renforcer le message d’un politique en manque de légitimité. Le chiffre dit le vrai, il ne ment pas. Nous avons transféré la puissance réelle des mathématiques sur les chiffres produits par des machines, des individus. La condition de production d’une valeur biologique est une chaine de moments critiques allant du pré-analytique au rendu du résultat. Chaque étape peut générer des erreurs qui rendront le chiffre « tout puissant » faux. En médecine, une valeur biologique ne peut être interprété qu’en fonction du contexte clinique. Malgré la puissance fantasmée du biomarqueur, le confronter à la réalité du patient est indispensable. J’avais déjà parlé de la problématique des interférences de dosage. La créatininémie n’est qu’un reflet bien imparfait de la fonction rénale comme je l’ai déjà évoqué, ou ici.

Un article récent de l’American Journal of Kidney Disease illustre à merveille les risques d’une interprétation sans recul des valeurs de créatininémie (PIIS0272638616302517). C’est l’histoire d’une patiente en attente de transplantation pulmonaire. Elle présente une insuffisance rénale avec un DFG à 36 ml/mn/1,73m2 en MDRD avec une créatininémie à 136 µmol/l. Ce résultat est retrouvé à plusieurs reprises, il n’existe pas de raison évidente à l’insuffisance rénale. Heureusement, le clinicien qui la voit à plusieurs reprises constate que sur des bilans de ville la créatininémie est à 62 µmol/l soit un DFG à 75 ml/mn/1,73m2 changeant la donne. Elle était contre-indiquée pour une transplantation pulmonaire. Pour trancher une mesure du DFG par le iothalamate est réalisée qui confirme un DFG à74 ml/mn/1,74 m2. Que se passe-t-il donc?

Dans l’hôpital, la créatinine est mesuré par méthode enzymatique sur un automate Roche, en ville, la mesure était effectuée par la méthode dite de Jaffé. Il y a une interférence avec la méthode enzymatique. Les auteurs ont retrouvé une gammapathie monoclonale type IgM à un taux de 5 g/l. Il a déjà été rapporté des interférences de dosage entre IgM et créatininémie. Les auteurs ont dosé après élimination de l’IgM sur l’automate, la valeur est alors identique au Jaffé. Quand ils ajoutent l’IgM du patient dans des sérums normaux, il y a une surestimation de la créatininémie par méthode enzymatique. Enfin, cette interférence n’est pas retrouvé chez 4 patients avec une IgM monoclonale.

jaffe_vs_enzyLa fausse insuffisance rénale chronique de la patiente était due à une interférence de dosage entre l’IgM et la créatininémie par méthode enzymatique. Les auteurs ont guéri la patiente de l’insuffisance rénale juste en changeant de méthode de dosage. J’aimerai que ce soit toujours aussi facile.

Nous devons toujours interpréter les valeurs biologiques avec un esprit critique. Les IgM monoclonales sont de grandes pourvoyeuses d’erreurs de dosage. Il faut toujours se poser la question, est ce que ce bilan est bien celui de mon patient, est ce que la valeur est cohérente avec son histoire clinique.

A l’heure des big datas, de notre agenouillement devant la toute puissance du chiffre, s’interroger sur la façon de le produire, se demander si il n’y a pas un biais qui fausse la valeur et son interprétation est sain. Le doute reposant sur des données scientifiques objectives est une bonne activité intellectuelle.

Publié dans Histoires de patients, Medecine, Néphrologie | Marqué avec , , , , , , | Un commentaire

Protégé : « Le monde d’hier » de Stefan Zweig mis en son par France Culture

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans littérature | Marqué avec , , , , | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Protégé : Vous reprendrez bien un peu de Magnésium ?

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans Medecine, Néphrologie, Science | Marqué avec , , , , | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Protégé : « L’or des tigres » de JL Borges

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans littérature | Marqué avec , | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Protégé : Quand le community manager du NEJM se prend les doigts dans le tapis de souris

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans Médecine humeur, Science | Marqué avec , , | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Protégé : Jinarc (Tolvaptan) officiellement accessible en France

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans kystes, Medecine, Néphrologie | Marqué avec , , , | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Protégé : Fermeture

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans Blog, Histoires de patients | Marqué avec | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Protégé : « Le Train » de Georges Simenon

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans littérature | Marqué avec , | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Protégé : Classe de lutte

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans Medecine | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Protégé : Emotion

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans musique | Marqué avec , , , , | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.